Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2009 > Élimination de la pénurie d’infirmières et d’infirmiers autorisés au Canada - Communiqués de presse

Élimination de la pénurie d’infirmières et d’infirmiers autorisés au Canada - Communiqués de presse

Ottawa, le 11 mai 2009 – L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) a publié aujourd’hui un rapport sur six scénarios stratégiques qui, mis en œuvre ensemble, pourraient faire disparaître la pénurie d’infirmières et d’infirmiers autorisés (IA) au Canada.

Dans Solutions éprouvées à la pénurie d’infirmières et d’infirmiers autorisés au Canada, les auteurs démontrent que si l’on ne prend pas des mesures importantes dès maintenant, la pénurie d’infirmières autorisées qui fournissent des soins cliniques directs à la population canadienne grimpera de l’équivalent de presque 11 000 équivalents à temps plein en 2007 à presque 60 000 en 2022.

« Le virus de la grippe H1N1 apparu récemment rappelle que le Canada a besoin d’effectifs infirmiers qui peuvent relever les défis sanitaires nationaux », a déclaré la présidente de l’AIIC, Kaaren Neufeld. « Face à de tels événements, une pénurie d’infirmières ne fait qu’aggraver une situation déjà inquiétante. »

Selon Mme Neufeld, le rapport aidera les gouvernements, les employeurs, les décideurs et d’autres intervenants à atténuer les pénuries d’IA en appliquant une combinaison de scénarios stratégiques à court et à long terme. « Ces mesures réduiront aussi notre dépendance des infirmières d’autres pays qui n’ont pas les moyens de les perdre. »
Mis en œuvre ensemble, les six scénarios décrits dans le rapport peuvent enrayer la pénurie d’infirmières. À court terme, un changement des méthodes de travail aide les IA à fournir des soins de qualité par des initiatives comme le recrutement de personnel de soutien à qui confier des tâches non infirmières, l’application d’une approche des soins basée sur la collaboration et le travail d’équipe et l’utilisation de la technologie – qui augmente la productivité des effectifs infirmiers d’un pour cent par année. Toutes ces mesures auraient un effet remarquable sur la pénurie, qui diminuerait de presque moitié en 15 ans.

Les auteurs du rapport signalent que le maintien en poste des infirmières actives joue aussi un rôle important dans l’augmentation des effectifs infirmiers du Canada. Si la perte annuelle d’IA de moins de 60 ans n’atteignait pas 2 % et si celle des IA de plus de 60 ans ne dépassait pas 10 %, on ajouterait alors en fait 30 000 équivalents à temps plein au bassin d’IA du Canada, réduisant ainsi la pénurie de moitié en 15 ans.

Les autres politiques mises à l’épreuve comprennent la réduction du nombre d’étudiantes qui ne terminent pas leur formation d’infirmière pour en ramener le pourcentage de 28 à 15 %, ce qui réduit encore la pénurie d’une autre tranche de 24 % et ajoute l’équivalent de 15 000 infirmières en 15 ans. Si le nombre d’étudiantes qui s’inscrivent à des programmes de formation d’infirmière augmentait de 1 000 par année entre 2009 et 2011, cela réduirait aussi la pénurie du quart (ou 15 000 infirmières) en 15 ans. En outre, si le nombre moyen de jours d’absence au travail diminuait de moitié par année au cours des trois prochaines années (il atteint actuellement 14 jours par infirmière), cela équivaudrait en outre à ajouter 7 000 équivalents à temps plein au bassin d’IA du Canada. La dernière politique mise à l’épreuve consistait à réduire de 50 % l’immigration de l’étranger, ce qui augmenterait la pénurie d’IA, mais seulement de moins de 10 %.

« Ces chiffres prometteurs sont très intéressants, a déclaré Mme Neufeld. Il s’agit de solutions réalistes et éprouvées à un problème sérieux qui touche la santé de la population canadienne d’un bout à l’autre du pays. Nous exhortons tous les intervenants à intégrer ces constatations dans leur planification des RHS et leur gestion des effectifs infirmiers. »

L’AIIC a commandé le rapport à une équipe de chercheurs dirigée par Gail Tomblin Murphy, professeure, École des sciences infirmières et Faculté des professions de la santé, et directrice, Centre de collaboration OMS/OPS pour la planification et la recherche sur les effectifs de la santé, Université Dalhousie, Halifax (Nouvelle-Écosse).

– 30 –

Lire le rapport sommaire [PDF, 504,5 Ko] de Solutions éprouvées à la pénuries d'infirmières et d'infirmiers autorisés au Canada.

Pour obtenir un exemplaire intégral du rapport ou pour organiser une entrevue avec un représentant de l'AIIC, veuillez communiquer avec :

Paul Watson
Coordonnateur des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2133, poste 283
Cellulaire : 613-697-7507
Courriel : media@cna-aiic.ca