Accueil > Devenir infirmière autorisée > Examen d'autorisation infirmière > EAIC : le 1er octobre > Cadre des compétences

Cadre des compétences

Pratique professionnelle

Les compétences des infirmières autorisées dans cette catégorie portent sur la croissance professionnelle personnelle ainsi que les responsabilités intraprofessionnelles, interprofessionnelles et intersectorielles liées à la pratique. Chaque infirmière autorisée est responsable de prodiguer des soins sécuritaires, compatissants, compétents et éthiques. Les infirmières exercent leur profession conformément au Code de déontologie des infirmières et infirmiers (AIIC, 2008), aux normes de pratique provinciales et territoriales, au champ de pratique, aux lois et aux principes de la common law. Les infirmières autorisées ont une conduite professionnelle conforme aux attitudes, aux croyances et aux valeurs préconisées dans le Code de déontologie des infirmières et infirmiers.

La pratique professionnelle des infirmières autorisées est autoréglementée. La pratique infirmière requiert l’exercice d’un jugement professionnel, une collaboration interprofessionnelle, des qualités de chef, des compétences en gestion, la sécurité culturelle, la défense des intérêts, une sensibilisation politique et une responsabilité sociale. La pratique professionnelle comprend le fait d’être consciente du besoin de perfectionnement professionnel continu et de trouver les moyens de se perfectionner. Cela comprend la capacité d’effectuer des autoévaluations, de demander une rétroaction et de planifier des activités d’apprentissage autonome qui assurent un épanouissement professionnel. On s’attend des infirmières autorisées qu’elles utilisent les recherches et les connaissances pour bâtir une pratique éclairée par des données probantes.

L’infirmière autorisée :

PP-1 : exerce sa profession conformément aux valeurs du Code de déontologie des infirmières et infirmiers (p. ex. fournir des soins sécuritaires, compatissants, compétents et conformes à l’éthique; promouvoir la santé et le bien-être; promouvoir et respecter la prise de décisions éclairées; préserver la dignité; respecter la vie privée et protéger la confidentialité; promouvoir la justice; accepter l’obligation de rendre compte). (AIIC, 2008)

PP-2 : reconnaît et respecte la valeur intrinsèque de chaque client (p. ex. respecte l’intimité, respecte la diversité et la vulnérabilité, allège la souffrance, respecte et favorise l’expression culturelle, fait une utilisation appropriée des contentions physiques et chimiques, accepte l’évaluation de la douleur par le client). (AIIC, 2008)

PP-3 : applique des principes éthiques et juridiques pour maintenir la confidentialité et l’anonymat des clients dans toutes les formes de communication écrites, verbales et électroniques (p. ex. blogues, sites de réseautage personnel, téléphone-appareil photo, messagerie textuelle, documentation électronique, dossiers électroniques sur la santé). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

PP-4 : fait preuve de jugement professionnel pour la consultation, l’organisation et l’utilisation de ressources électroniques (p. ex. pour sa propre formation continue, la pratique infirmière, la messagerie textuelle, l’ordinateur de poche et l’assistant personnel).

PP-5 : maintient une documentation claire, concise, exacte, objective et opportune.

PP-6 : se sert de protocoles de communication établis au sein de l’établissement de soins de santé, par l’ensemble des établissements et avec d’autres secteurs de services (p. ex. protéger les renseignements personnels, maintenir la confidentialité, suivre les voies de communication appropriées). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

PP-7 : défend le traitement équitable et l’allocation de ressources pour le client (p. ex. aide le client vulnérable et marginalisé à avoir accès à des soins de qualité, favorise et surveille la qualité des soins, facilite la réponse pertinente et en temps opportun des membres de l’équipe soignante et remet en question les décisions contestables).

PP-8 : démontre la responsabilité de ses actions et de ses décisions.

PP-9 : exerce à l’intérieur des limites du champ de pratique de l’infirmière autorisée.

PP-10 : explique le champ de pratique de l’infirmière autorisée à d’autres personnes (p. ex. le client, les membres de l’équipe soignante, le public, les leaders communautaires, les politiciens).

PP-11 : justifie les soins infirmiers prodigués et ses décisions en se basant sur le jugement professionnel, des connaissances théoriques de même que des connaissances éclairées par les données probantes en sciences infirmières et dans des disciplines connexes.

PP-12 : fait preuve de jugement professionnel lorsqu’elle se conforme aux politiques, procédures et protocoles des établissements (p. ex. déterminer quand il est approprié d’appliquer des contentions chimiques et physiques et de consulter un membre de l’équipe soignante).

PP-13 : exerce son jugement professionnel en l’absence de politiques, de procédures et de protocoles au sein de l’établissement.

PP-14 : intègre l’amélioration continue de la qualité dans la pratique infirmière (p. ex. reconnaît et signale lorsqu’une politique, une procédure ou un protocole n’assure pas la sécurité, est désuet ou inutile, participe aux vérifications, participe aux comités d’amélioration de la qualité). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

PP-15 : utilise les données probantes et l’esprit critique pour remettre en question, modifier, améliorer ou appuyer la pratique infirmière (p. ex. remettre en question des pratiques acceptées, participer à des recherches).

PP-16 : intervient lorsqu’elle a connaissance de cas potentiels ou réels d’abus des clients par des professionnels de la santé, la famille ou d’autres personnes.

PP-17 : intervient lorsqu’elle a connaissance de situations présentant des risques de violence potentiels ou réels afin de se protéger ainsi que ses collègues (p. ex. comportements agressifs, intimidation, incivilité en milieu de travail, politiques de non-violence). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

PP-18 : reconnaît et signale les erreurs, les incidents évités de justesse et les événements sentinelles et intervient pour réduire au minimum les préjudices (p. ex. client identifié incorrectement, erreur d’administration de médicament).

PP-19 : intervient en cas de pratiques non sécuritaires de la part de collègues infirmières et d’autres membres de l’équipe soignante (p. ex. parler à la collègue concernée, interrompre la pratique non sécuritaire, signaler aux autorités appropriées).

PP-20 : utilise des stratégies de résolution des conflits.

PP-21 : met en œuvre des stratégies de compétence continue basées sur la pratique réflexive (auto-réflexion), les forces, les faiblesses et les besoins d’apprentissage établis.

PP-22 : est responsable lorsqu’elle assigne des activités de soins infirmiers à d’autres fournisseurs de soins de santé selon leur niveau de compétence et d’expertise, leur formation, leur description de rôle, les politiques de l’établissement, les lois en vigueur ainsi que les besoins du client soigné (p. ex. évaluation, planification, mise en œuvre et évaluation des tâches assignées).

PP-23 : gère les charges de travail avec efficacité (p. ex. gère bien son temps, établit les priorités, assigne des tâches).

PP-24 : demande une aide appropriée en cas de charge de travail non sécuritaire.

PP-25 : collabore et crée des partenariats avec ses collègues infirmières et d’autres membres de l’équipe soignante dans la prestation de services de santé.

PP-26 : comprend le rôle et les contributions des autres membres de l’équipe soignante (p. ex. champ de pratique, description du rôle, consultation).

PP-27 : partage ses connaissances avec ses collègues et leur donne une rétroaction constructive (p. ex. évaluation des pairs, compétence continue, étudiantes infirmières, mentorat, rencontres interprofessionnelles).

PP-28 : gère les ressources de manière efficace et efficiente (p. ex. ressources humaines, matérielles, technologiques, financières).

Partenariat infirmière-client

Les compétences des infirmières autorisées dans cette catégorie portent sur l’utilisation thérapeutique de soi, l’habileté à communiquer, les connaissances infirmières et la collaboration afin d’atteindre les objectifs de santé établis par le client. Le partenariat infirmière-client est une relation respectueuse et significative orientée vers un but entre l’infirmière et le client qui vise à favoriser les meilleurs intérêts et les résultats des clients pour la santé. Le partenariat thérapeutique est au cœur de toute pratique infirmière et repose sur le lien interpersonnel qui se crée entre l’infirmière et le client (Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario, 2002). L’infirmière dans cette relation fait preuve de conscience de soi, de confiance, de respect, d’ouverture d’esprit, d’empathie et d’une sensibilité à la diversité reflétant les caractéristiques uniques du client.

L’infirmière autorisée :

PIC-1 : met en pratique les principes d’une relation thérapeutique infirmière-client et réagit de façon appropriée (p. ex. fait preuve d’ouverture d’esprit, ne porte pas de jugements, fait de l’écoute active, est consciente de soi).

PIC-2 : utilise des techniques de communication thérapeutique verbales et non verbales auprès du client.

PIC-3 : établit une relation thérapeutique avec le client (p. ex. maintien du professionnalisme, respect des limites de la relation).

PIC-4 : crée un environnement qui encourage le client à poser des questions et facilite l’échange des renseignements.

PIC-5 : analyse l’effet de ses propres valeurs et hypothèses sur les interactions avec les clients qu’elle soigne (p. ex. sécurité culturelle du client, questions éthiques).

PIC-6 : applique les principes d’efficacité des processus de groupes (p. ex. rôles, phases et dynamique des groupes, établissement de normes de groupe).

PIC-7 : est sensible à la diversité des pratiques et des croyances en matière de santé et respecte cette diversité (p. ex. l’orientation sexuelle, l’identité sexuelle, les pratiques relatives à l’accouchement, les différences dans l’alimentation, le sexe du client, les croyances, les valeurs, la spiritualité, la culture, la langue).

PIC-8 : s’assure que le consentement éclairé du client a été obtenu avant de prodiguer les soins et de faire appel à d’autres personnes pour les offrir (p. ex. consentement implicite pour les soins infirmiers).

PIC-9 : soutient le droit du client de prendre des décisions éclairées sur ses soins (p. ex. le droit de refuser, le droit de demander des soins, le droit de choisir, le droit de participer à une recherche).

PIC-10 : facilite et respecte la décision éclairée du client d’utiliser des thérapies complémentaires et parallèles (p. ex. l’aromathérapie, l’acupression, le toucher thérapeutique, les suppléments nutritionnels, les régimes alimentaires).

PIC-11 : collabore avec les clients à l’élaboration de stratégies pour tenir compte de pratiques de santé ou pour les modifier (p. ex. intégrer des aliments traditionnels dans le régime diabétique, modifier l’environnement bâti, faire la promotion de choix favorables à la santé dans les écoles).

PIC-12 : prodigue des soins en étant sensible à la perte que les clients ressentent (p. ex. une perte de santé, l’amputation, une catastrophe naturelle, une maladie chronique, la mort).

PIC-13 : aide le client à adopter un concept de soi positif (p. ex. en acceptant les préférences culturelles et spirituelles du client, en validant ses points forts et en l’aidant à utiliser des techniques d’adaptation efficaces, en renforçant le potentiel de la communauté).

PIC-14 : met en pratique des stratégies et des principes d’enseignement et d’apprentissage afin de répondre aux besoins d’apprentissage du client (p. ex. évalue la disposition à apprendre, détermine des stratégies de changement, procure un environnement qui favorise l’apprentissage, évalue le processus d’apprentissage, utilise des approches théoriques et utilise le marketing social).

Santé et mieux-être

Les compétences des infirmières autorisées de cette catégorie ont pour but de reconnaître et de favoriser la santé et le mieux-être. Cette catégorie englobe le concept de santé de la population et les principes des soins de santé primaires. Les infirmières autorisées s’associent aux clients qu’elles soignent afin de renforcer les habiletés personnelles, de créer des milieux de soutien pour la santé, de renforcer l’action communautaire, de réorienter les services de santé et d’élaborer des politiques de santé qui sont dans l’intérêt du public. La pratique infirmière est influencée par le maintien de la compétence, les déterminants de la santé, les étapes de la vie, le profil démographique, les tendances dans le domaine de la santé, les facteurs économiques et politiques, les connaissances éclairées par les données probantes et la recherche.

L’infirmière autorisée :

SM-1 : collabore avec les clients pour déterminer les domaines de promotion de la santé qui sont prioritaires (p. ex. politique pour une population en santé, hygiène du milieu, gestion du stress, justice sociale).

SM-2 : aide les clients à comprendre le lien qui existe entre les stratégies de promotion de la santé et la santé (p. ex. programmes d’éducation sur les risques de cancer, foires sur la santé, campagnes anti-tabac, campagne de lavage des mains, ergonomie).

SM-3 : collabore avec les principaux intervenants aux activités de promotion de la santé (p. ex. leaders communautaires, organismes publics et privés, groupes d’intérêts).

SM-4 : collabore avec les clients pour déterminer la priorité des besoins et élaborer des stratégies de prévention (p. ex. échange sécuritaire de seringues, disponibilité de condoms dans les lieux publics, lecture des étiquettes nutritionnelles).

SM-5 : collabore avec les clients et d’autres fournisseurs de soins de santé pour réagir aux changements rapides de risques complexes pour la santé (p. ex. la crise du SRAS, le virus Norwalk, les organismes résistants aux antibiotiques, les pandémies).

SM-6 : collabore avec les clients pour les aider à trouver des ressources et des groupes appropriés d’entraide, de soutien et d’action communautaire (p. ex. populations pauvres, sans-abri, populations vulnérables et marginalisées).

SM-7 : collabore avec d’autres membres de l’équipe soignante afin de mettre en œuvre des stratégies de prévention de la violence, de l’abus et de la négligence (p. ex. utilise des outils de dépistage, fournit de l’information).

SM-8 : collabore avec d’autres membres de l’équipe soignante afin de mettre en œuvre des stratégies de prévention et de détection précoce de maladies courantes (p. ex. les maladies cardiovasculaires, le cancer, le diabète, les maladies transmissibles).

SM-9 : collabore avec d’autres membres de l’équipe soignante à la mise en œuvre de stratégies de prévention des comportements de dépendance (p. ex. le tabagisme, l’abus de substances, le jeu compulsif).

SM-10 : collabore avec d’autres membres de l’équipe soignante à la mise en œuvre de stratégies de promotion de la santé mentale (p. ex. réduction du stress, groupes d’entraide, stratégies d’adaptation, politiques d’intérêt public, intervention en situation de crise).

SM-11 : coordonne les activités avec le client et d’autres personnes concernées afin de favoriser la continuité des soins (p. ex. réadaptation cardiaque, soutien de l’allaitement, programme de nutrition).

SM-12 : utilise des mesures de sécurité pour prévenir les blessures au client et encourage celui-ci à utiliser ces mesures (p. ex. accès à une sonnette d’appel, surveillance, désamorçage de situations qui présentent un risque de violence, prévention du suicide, contention la moins contraignante, prévention des chutes, port d’une ceinture de sécurité, d’un casque de cycliste, recours aux détecteurs de fumée et au siège-auto pour bébé).

SM-13 : fait la promotion d’habitudes de vie saines (p. ex. activité physique et exercice, nutrition, repos/sommeil, réduction du stress, santé-sexualité, planification familiale, contraception, hygiène, élimination des déchets, préparation alimentaire, prévention et contrôle des infections, abandon du tabac, santé mentale).

SM-14 : met en œuvre des stratégies relatives à l’utilisation sécuritaire et judicieuse des médicaments (p. ex. la sous ou surutilisation des antibiotiques, la polypharmacie, la médecine parallèle et complémentaire, les médicaments en vente libre, le bilan comparatif des médicaments).

SM-15 : intervient pour réduire les facteurs de risque pour la santé, tant réels que potentiels (p. ex. l’accès à la nourriture, pratiques sexuelles à risque, inactivité, usage du tabac).

SM-16 : intervient pour atténuer les facteurs de risque environnementaux, tant réels que potentiels (p. ex. incidents et accidents, contaminants de l’environnement, équipement mécanique, maladies infectieuses).

SM-17 : intervient pour réduire les risques d’abus, tant réels que potentiels (p. ex. violence par un partenaire intime, violence et mauvais traitements à l’endroit d’adultes âgés, violence et mauvais traitements à l’endroit d’enfants, abus sexuel, intimidation, abus de substances, incivilité en milieu de travail).

SM-18 : participe à la mise en œuvre des stratégies de prévention relatives à la sécurité du milieu de travail (p. ex. pratiques de santé et sécurité au travail, protocoles sur l’hypersensibilité au latex, utilisation de systèmes sans aiguille, prévention des blessures musculosquelettiques, utilisation d’équipement de protection, SIMDUT, gestion des comportements violents ou agressifs, planification en cas de pandémie, initiative sur un milieu de travail sain).

SM-19 : intègre les déterminants de la santé dans le plan de soins (p. ex. revenu adéquat, salubrité des aliments et de l’eau, logement adéquat).

SM-20 : intègre les résultats de recherches sur les risques pour la santé et la réduction des risques et des méfaits afin d’appuyer la pratique éclairée par les données probantes (p. ex. la fumée secondaire, le frottis cervico-vaginal ou Pap).

SM-21 : utilise le protocole approprié lorsqu’il y a un risque de transmission de maladies transmissibles (p. ex. éducation sur le lavage des mains, protocoles d’isolement, respect des protocoles de déclaration, encourage la participation à un programme d’échange de seringues et aux programmes d’immunisation).

SM-22 : soutient le client dans le changement de rôle ou pendant une transition de son développement (p. ex. groupes sur le rôle parental, retraite, perte d’emploi, puberté, ménopause).

SM-23 : documente les données pertinentes liées à la promotion de la santé, à la réduction des risques et à la prévention des maladies et des blessures (p. ex. évaluation des besoins, planification, mise en œuvre et évaluation de programme).

SM-24 : utilise des mesures de sécurité pour se protéger, ainsi que ses collègues et les clients, contre les blessures (p. ex. produits non parfumés, harcèlement, violence psychologique, agression physique, système de compagnons de marche, prévention des chutes, incivilité en milieu de travail).

SM-25 : fournit un enseignement sur les programmes d’immunisation.

SM-26 : fournit aux clients des renseignements sur la santé éclairés par des données probantes (p. ex. sources électroniques crédibles, information pertinente et à jour).

SM-27 : utilise les méthodes de collecte de données adaptées au client et à la situation (p. ex. évaluation communautaire, outils d’évaluation).

Changements de la santé

Les compétences des infirmières autorisées dans cette catégorie englobent les soins dispensés à toutes les étapes de la vie du client qui présente des changements au niveau de la santé. Les compétences de cette catégorie sont donc axées sur les activités de promotion de la santé et de prévention des maladies ainsi que sur les soins aigus, les soins de longue durée, les soins de réadaptation, les soins palliatifs et les soins de fin de vie. Ces mesures infirmières peuvent être dispensées dans des milieux variés. Les aspects essentiels des soins infirmiers comprennent l’examen critique, la sécurité, les approches axées sur des solutions, la pratique réflexive et la prise de décisions éclairées par les données probantes. Les infirmières autorisées collaborent avec les clients qu’elles soignent et d’autres professionnels de la santé afin de déterminer les priorités pour la santé et aider les clients à se prendre en charge pour améliorer leur propre santé. Lorsqu’elles réagissent aux situations de santé ou les gèrent, les infirmières favorisent une qualité de vie optimale, le développement de la capacité d’autosoins ainsi que le respect de la dignité pendant la maladie, le passage vers la mort et le décès.

L’infirmière autorisée :

CS-1 : collabore avec les clients afin d’effectuer une évaluation holistique (p. ex. les aspects physique, émotif, mental, spirituel, cognitif, développemental, environnemental et social, et la signification de la santé). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

CS-2 : aide les clients à déterminer leurs besoins, leurs forces, leur capacité et leurs buts pour la santé (p. ex. utilisation de principes de développement communautaire et de prise en charge personnelle de la santé, stratégies de formation de réseaux, compréhension des pouvoirs dans la relation, évaluation des capacités communautaires).

CS-3 : recueille des données d’évaluation provenant d’une gamme de sources pertinentes (p. ex. le client soigné, les dossiers médicaux, les plans de soins infirmiers et les plans de soins établis en collaboration, courants et antérieurs, les membres de la famille, les personnes significatives, les décideurs au nom d’autrui, les données du recensement, les données épidémiologiques, les données éclairées par les données probantes, les demandes de consultation et les autres fournisseurs de soins de santé).

CS-4 : choisit des techniques d’évaluation pertinentes pour la collecte de données (p. ex. l’observation, l’inspection, l’auscultation, la palpation, la percussion, les tests de dépistage choisis, les échelles de douleur, l’entrevue, la consultation, les groupes de discussion, la mesure et la surveillance).

CS-5 : valide les données recueillies en consultant le client et les sources pertinentes (p. ex. bilan comparatif des médicaments, antécédents de santé, consultations, acheminements).

CS-6 : analyse les données afin d’établir des liens et tirer des conclusions à partir des données variées recueillies (p. ex. établit un lien entre le bilan de santé et les données de laboratoire).

CS-7 : applique les connaissances en soins infirmiers et d’autres disciplines aux situations de santé actuelles (p. ex. besoins de soins de santé d’adultes âgés, populations vulnérables et marginalisées, promotion de la santé et prévention des blessures, prévention et gestion de la douleur, soins de fin de vie, toxicomanie, pathogènes véhiculés par le sang, syndrome de stress post-traumatique). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

CS-8 : applique ses connaissances en sciences de la santé (p. ex. physiologie, physiopathologie, psychopathologie, pharmacologie, microbiologie, épidémiologie, génétique, immunologie, nutrition, sociologie). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

CS-9 : détermine les changements de santé, tant réels que potentiels (p. ex. gestion de la douleur, déficience et incapacité, immobilité).

CS-10 : élabore et met en œuvre le plan de soins en collaboration avec le client (p. ex. établit les priorités et les délais à respecter, choisit les interventions pertinentes, élabore les plans d’enseignement, administration de l’insuline, la thérapie intraveineuse à domicile et les programmes d’alimentation parentérale totale, dirige vers les groupes d’entraide).

CS-11 : intègre les forces et ressources du client pour satisfaire à ses besoins d’autosoins (p. ex. habitudes saines, croyances personnelles, traitements parallèles et complémentaires, mécanismes de soutien social, stratégies d’adaptation).

CS-12 : utilise des renseignements éclairés par les données probantes pour aider le client à comprendre les interventions et leur lien avec les résultats escomptés pour sa santé (p. ex. les risques et avantages possibles, les inconforts et malaises, les inconvénients, les coûts).

CS-13 : personnalise le plan de soins afin de tenir compte de la capacité, des priorités établies et de la situation de santé du client pour l’application des interventions (p. ex. soins gériatriques, soins palliatifs).

CS-14 : collabore avec le client pendant la démarche de soins pour le préparer au congé et au transfert (p. ex. planification du congé, enseignement au congé, transfert des soins).

CS-15 : consigne les données de la pratique infirmière (p. ex. données d’évaluation, plan écrit, soins concrets dispensés, évaluation).

CS-16 : applique les technologies en fonction des ressources disponibles et des besoins du client (p. ex. information pertinente du Web, documentation électronique, télémédecine, lève-personne, pompe à perfusion à domicile).

CS-17 : soutient le client pendant une transition de sa situation de santé (p. ex. nouveaux diagnostics, maladie chronique, processus de la mort).

CS-18 : facilite l’adaptation physique, psychologique et psychosociale (p. ex. communication thérapeutique, counseling, demandes de consultation appropriées pour le client, gestion de maladie chronique).

CS-19 : facilite la participation de la famille et des personnes significatives en collaboration avec le client.

CS-20 : prévient et réduit au minimum les complications (p. ex. tourner et positionner, détection et intervention précoce).

CS-21 : évalue les changements de l’état de santé du client (p. ex. baisse de la saturation en oxygène, baisse du débit urinaire).

CS-22 : gère plusieurs interventions infirmières simultanément (p. ex. établit les priorités des interventions et les organise).

CS-23 : communique aux membres appropriés de l’équipe soignante les renseignements précis et pertinents importants sur la situation de santé du client.

CS-24 : intervient en temps opportun en réponse aux changements observés en ce qui concerne la situation de santé du client.

CS-25 : évalue l’efficacité des interventions infirmières en collaboration avec le client (p. ex. besoins d’apprentissage, comparaison des résultats obtenus avec les résultats escomptés).

CS-26 : modifie le plan de soins en fonction de l’évaluation holistique continue de la situation de santé changeante du client.

CS-27 : prend les mesures nécessaires pour faire intervenir d’urgence les membres de l’équipe soignante en réponse à l’état de santé changeant du client (p. ex. hémorragie, accouchement imminent, hypotension, réactions médicamenteuses).

CS-28 : coordonne les activités avec le client et d’autres membres de l’équipe soignante afin de favoriser la continuité et la cohésion des soins entre les divers milieux de soins et dans ces milieux (p. ex. demandes de consultation, rapports d’unité, centres de santé communautaire, transport terrestre et aérien)

CS-29 : consulte les autres membres de l’équipe soignante afin d’analyser et de planifier les soins dans les situations de santé complexes (p. ex. obésité, comorbidités, exposition à des produits chimiques, brûlures, cancer, situations familiales complexes). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

CS-30 : prépare le client aux examens de diagnostic et aux traitements (p. ex. en lui donnant des explications, des renseignements éclairés par des données probantes, en décrivant les tests, en obtenant des échantillons).

CS-31 : prodigue des soins préopératoires et postopératoires.

CS-32 : facilite l’oxygénation (p. ex. le positionnement du client, les exercices de respiration profonde et de toux, l’oxygénothérapie, l’aspiration des voies orales et nasales).

CS-33 : favorise la circulation (p. ex. les exercices actifs et passifs, le positionnement, la mobilisation, le soin des plâtres).

CS-34 : favorise et surveille l’équilibre liquidien (p. ex. ingesta et excreta, poids, mesures hémodynamiques non effractives, mesure de la circonférence de l’abdomen).

CS-35 : facilite et gère une nutrition adéquate (p. ex. brûlures, maladie inflammatoire de l’intestin, diabète, VIH/sida, reflux gastrique du bébé, obésité, malnutrition).

CS-36 : administre et gère l’alimentation entérale et parentérale (p. ex. l’alimentation parentérale totale, les sondes nasogastriques).

CS-37 : favorise et gère l’élimination urinaire adéquate (p. ex. soins de stomie, rééducation vésicale, autocathétérisme, irrigation de la vessie, cathétérisme vésical, mesures pharmacologiques).

CS-38 : facilite et gère l’élimination intestinale adéquate (p. ex. rééducation intestinale, soins de stomie, lavement, tube rectal, mesures pharmacologiques et diététiques).

CS-39 : encourage et veille à l’alignement correct du corps du client (p. ex. positionnement approprié, dispositifs d’immobilisation externes).

CS-40 : favorise la mobilité (p. ex. les exercices actifs et passifs, le lever précoce du client alité, les activités de la vie quotidienne, les prothèses et dispositifs de mobilisation, le recours à l’ergonomie).

CS-41 : favorise et maintient l’intégrité des tissus (p. ex. par des soins de la peau et des plaies).

CS-42 : favorise et assure le confort (p. ex. la présence de l’infirmière, des applications de chaleur et de froid, le toucher et le positionnement).

CS-43 : détermine et assure la stimulation sensorielle à un niveau approprié à la situation de santé du client (p. ex. touche le client inconscient, réduit les stimulations de l’environnement, assure la stimulation sensorielle du nouveau-né prématuré dans l’incubateur, l’adolescent placé en isolement).

CS-44 : détermine si les médicaments prescrits et les médicaments vendus sans ordonnance sont utilisés de façon sécuritaire (p. ex. posologie et voie d’administration sécuritaires, interaction aliment-médicament, interaction entre les médicaments, âge, poids).

CS-45 : intervient pour signaler des ordonnances ou des emballages de médicaments non sécuritaires.

CS-46 : calcule la posologie des médicaments.

CS-47 : administre les médicaments (p. ex. le bon client, le bon médicament, la bonne dose, au bon moment et par la bonne voie, la consignation des données, les droits du client, la bonne raison, vérification des allergies).

CS-48 : évalue la réaction du client aux médicaments (p. ex. les effets recherchés, les effets indésirables, les interactions médicamenteuses).

CS-49 : évalue quand un médicament p.r.n. est indiqué (p. ex. analgésiques, inhalateurs, antihypertenseurs, antiangineux, laxatifs, tranquillisants).

CS-50 : prend des mesures lorsque les médicaments ne produisent pas les effets recherchés.

CS-51 : aide le client à gérer la douleur en recourant à des mesures non pharmacologiques (p. ex. des applications de chaleur et de froid, le toucher, les massages, la visualisation, tourner et positionner).

CS-52 : aide le client à gérer la douleur en recourant à des agents ou des dispositifs pharmacologiques (p. ex. non opiacés, opiacés, analgésie épidurale, analgésie contrôlée par le patient [ACP]).

CS-53 : recueille et communique des renseignements exacts sur les médicaments (p. ex. bilan comparatif des médicaments à l’admission, au transfert des soins, au congé).

CS-54 : administre le sang et les produits sanguins de manière sécuritaire.

CS-55 : gère les dispositifs d’accès veineux central (p. ex. dispositifs implantés, cathéters périphériques intraveineux centraux, pompes à perfusion).

CS-56 : gère les tubes de drainage et les dispositifs collecteurs (p. ex. drains thoraciques, drainage sous vide).

CS-57 : met en place, maintient et enlève les sondes nasogastriques.

CS-58 : met en place, maintient et enlève les cathéters périphériques intraveineux.

CS-59 : applique les précautions universelles/normalisées.

CS-60 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : événement cardiovasculaire aigu (p. ex. infarctus du myocarde, angine instable).

CS-61 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : complication neurologique aiguë (p. ex. attaque cérébrale [accident vasculaire cérébral], accident ischémique transitoire, crise épileptique, traumatisme crânien).

CS-62 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : choc (p. ex. hypovolémique, anaphylactique, neurogène, cardiogénique, septique et détérioration hémodynamique).

CS-63 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : détresse respiratoire aiguë (p. ex. asthme aigu, embolie pulmonaire, œdème pulmonaire).

CS-64 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : arrêt cardio-respiratoire.

CS-65 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : périnatalité (ante partum, pernatal, post-partum, nouveau-né).

CS-66 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : crise de diabète (p. ex. coma diabétique, hyperglycémie, hypoglycémie, acidocétose).

CS-67 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : crise de santé mentale (p. ex. épisode psychotique, syndrome malin des neuroleptiques, idées suicidaires, délire ou delirium, apparition soudaine d’effets secondaires extrapyramidaux).

CS-68 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : traumatisme (p. ex. brûlures, fractures).

CS-69 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : à l’étape postopératoire (p. ex. hyperthermie maligne, hémorragie, déhiscence de plaie).

CS-70 : intervient lors d’un changement rapide d’une situation de santé : insuffisance rénale aiguë (p. ex. néphrolysines).

CS-71 : offre des soins de soutien pour répondre aux besoins de soins palliatifs ou de fin de vie des clients mourants (p. ex. contrôle des symptômes, soutien spirituel, défense des intérêts, counseling familial, soutien des clients, des proches et des personnes significatives, planification préalable des soins, counseling lié au chagrin et au deuil). (Jurisdictional Collaborative Process, 2006)

CS-72 : intervient pour satisfaire les besoins spirituels (p. ex. évalue la détresse spirituelle, prévoit du temps pour la prière ou la méditation, fait les demandes de consultation pertinentes, veille à la sécurité culturelle).

CS-73 : facilite l’examen avec le client des ressources communautaires disponibles et l’accès à ces ressources (p. ex. groupes d’entraide, programmes gériatriques de jour, soins de répit, questions financières, transport, réseaux sociaux).

CS-74 : favorise l’autonomie et la sécurité du client dans les activités de la vie quotidienne (p. ex. enlever les carpettes et petits tapis, garder le mobilier nécessaire sur un étage, siège de toilette surélevé, commander de l’équipement spécialisé tel qu’une marchette et des ustensiles adaptés, consultation d’autres membres de l’équipe soignante).

CS-75 : favorise le bien-être social du client (p. ex. encourage et crée des occasions de participation sociale, encourage le développement de nouveaux intérêts et de systèmes de soutien, facilite le modèle d’entraide entre pairs).

CS-76 : facilite la réintégration du client dans sa famille et dans des réseaux communautaires (p. ex. adaptation aux transitions de rôles et à la réduction de la mobilité, contact avec les groupes d’entraide).

CS-77 : prodigue des soins de soutien aux clients qui ont une situation de santé chronique (p. ex. cliniques de consultations externes, programmes de jour pour adultes, soins de répit, gestion de la douleur, gestion des symptômes, polypharmacie, thérapie de groupe, counseling en toxicomanie).

CS-78 : démontre une compréhension des interventions de l’organisation et des rôles appropriés des infirmières dans les situations de catastrophe communautaire et les nouvelles préoccupations en matière de santé mondiale (p. ex. intervention en cas de nombreux blessés d’une catastrophe, bioterrorisme, pandémie, préparation aux situations d’urgence et planification en cas de catastrophe, salubrité des aliments et de l’eau).

CS-79 : prend les mesures infirmières appropriées dans les situations de catastrophe (p. ex. intervention en cas de nombreux blessés d’une catastrophe, bioterrorisme).