Accueil > La pratique des soins infirmiers > La pratique des soins infirmiers > Pratique infirmière avancée > Infirmière et infirmier clinicien spécialisé > Profils d’infirmières et d’infirmiers cliniciens spécialisés > Josephine Muxlow

Josephine Muxlow, inf. aut., M. Sc., CSPSM(C)

Atlantique Canada

Pourquoi avoir choisi de devenir infirmière clinicienne spécialisée?
J’ai obtenu mon diplôme en sciences infirmières et ma certification de sage-femme en Angleterre. Lorsque j’ai déménagé au Canada, j’ai fait un baccalauréat post-diplôme en sciences infirmières à l’Université Dalhousie, et mon domaine de spécialisation était la santé mentale. En tant que sage-femme autorisée, j’étais très intéressée par la pratique infirmière avancée. Lorsque j’ai cherché à poursuivre ma maîtrise au Boston College, deux options s’offraient à moi : le volet infirmière praticienne (IP) et le volet infirmière clinicienne spécialisée (ICS). Comme j’étais très portée sur la pratique clinique, je voulais faire des choses qui étaient liées à ma pratique clinique et j’ai fini par choisir le volet ICS. J’étais convaincue que j’y acquerrais un bassin de connaissances supérieur à ce que j’avais l’habitude d’utiliser. J’estimais que c’était un bon moyen d’acquérir des connaissances spécialisées pour améliorer ma pratique et prodiguer des soins optimaux à mes clients.

Comment croyez-vous aider le plus vos patients?
Mon rôle dans l’aide aux clients est indirect. En fournissant les connaissances factuelles au personnel des services de santé pour orienter leur pratique clinique, j’améliore la qualité des services et les résultats cliniques des clients. J’offre des connaissances factuelles, tout en misant sur le leadership au niveau du système par la consultation, la collaboration et l’éducation, qui diffère un peu du rôle en soins infirmiers cliniques.

Qu’est-ce qui est le plus valorisant et le plus difficile dans votre travail?
L’aspect le plus valorisant de mon travail est d’être en mesure d’utiliser mes connaissances et compétences pour améliorer les systèmes de santé tant à l’interne qu’à l’externe. L’amélioration interne consiste à travailler dans différents domaines pour améliorer l’éducation, le leadership et la consultation. À l’externe, il s’agit de travailler au sein des communautés, que ce soit avec d’autres professionnels de la santé ou des autorités sanitaires provinciales.

Je pense que la partie la plus difficile de mon travail est de ne pas pouvoir être en mesure de participer à l’aspect clinique pratique du rôle des ICS. Je suis employée par le gouvernement fédéral à titre d’ICS pour travailler auprès des communautés des Premières Nations situées dans la région de l’Atlantique. D’autres ICS des provinces de l’Atlantique sont employées par le gouvernement provincial ou l’autorité sanitaire. Les services que j’offre sont donc différents de ceux des autres ICS au Canada qui travaillent soit dans des milieux communautaires, soit dans un contexte de soins cliniques.

En savoir plus sur Josephine
La pratique clinique et les soins infirmiers en santé mentale psychiatrique sont ma passion. Il est très important pour moi d’observer tout mon travail selon une perspective de santé publique. Je contribue une mine de connaissances de différents domaines de la santé mentale. Ma priorité actuelle est de m’attarder aux résultats cliniques des clients à la loupe des déterminants sociaux et de l’inclusion. La sécurité culturelle est un aspect important de mon travail.

Je suis affiliée à de nombreuses associations à l’échelle internationale et au Canada. De nombreux collègues de divers domaines influencent le travail que j’accomplis. Par exemple, le Guidelines International Network m’aide à me pencher sur les politiques et les directives cliniques selon la normalisation et l’évaluation. Des collègues à la Society for Clinical Nurse Specialist Education orientent mon rôle selon une perspective universitaire. Ces affiliations m’offrent aussi l’occasion de travailler avec des ICS qui jouent un rôle instrumental comme mentors dans ma discipline.

Récemment, la présidente de la Clinical Nurse Specialist Association of Nova Scotia m’a rendu hommage. C’est une nouvelle association, incorporée en février 2016, qui m’a donné l’incroyable occasion de travailler avec des ICS qui font un travail exemplaire ici en Nouvelle-Écosse. Plusieurs de nos ICS accomplissent des travaux révolutionnaires, comme l’assistance pendant la période de périnatalité aux mères souffrant de dépendances et la réduction de l’usage de médicaments psychotropes des clients en santé mentale. Au sein de mon organisation, d’autres ICS se concentrent sur la prise en charge de maladies chroniques et de la santé mentale. Il est donc très enrichissant pour moi de côtoyer des collègues dont le savoir-faire, les connaissances et les compétences sont aussi diversifiés.