Accueil > La pratique des soins infirmiers > La pratique des soins infirmiers > Pratique infirmière avancée > Infirmière et infirmier clinicien spécialisé > Profils d’infirmières et d’infirmiers cliniciens spécialisés > Sonia Boccardi

Sonia Boccardi, inf. aut., M. Sc. inf., CSI(C)

Québec

Pourquoi avoir choisi de devenir infirmière clinicienne spécialisée (ICS)?
J’ai commencé comme infirmière conseillère à la formation en chirurgie cervico-faciale et en soins post-anesthésiques. J’adorais vraiment les aspects de l’enseignement et de l’élaboration des politiques pour établir des programmes à l’échelle de l’hôpital. L’hôpital ne faisait pas la distinction entre les infirmières cliniciennes spécialisées et les infirmières conseillères à la formation; il s’agissait de rôles combinés assumant le même travail. J’avais pensé entreprendre une maîtrise et mon établissement m’a encouragé à la faire. Alors que j’hésitais entre une maîtrise en sciences infirmières et une maîtrise en éducation, mon choix s’est éventuellement arrêté sur les sciences infirmières pour aider à établir de nouvelles politiques et pratiques en milieu clinique par l’entremise de mon rôle d’ICS.

Comment croyez-vous aider le plus vos patients?
En transmettant mes connaissances et mon expérience au personnel infirmier. J’offre du soutien, de l’orientation et des connaissances aux infirmières et infirmiers qui traduisent ensuite ces connaissances dans les soins qu’ils prodiguent au chevet. Je ne participe plus autant aux soins directs au chevet, mais je sais que j’aide les patients car je vois les infirmières et infirmiers à qui j’ai enseigné prodiguer des soins optimaux aux patients. J’aide aussi les patients en prenant part aux changements dans la pratique. Je participe à la recherche et collabore avec d’autres partenaires médicaux et c’est très gratifiant de voir que mes efforts contribuent à améliorer la sécurité des patients.

Qu’est-ce qui est le plus valorisant et le plus difficile dans votre travail?
L’aspect le plus valorisant est de travailler sur un projet et que je suis en mesure de le voir prendre forme du début à la fin, soit avant sa mise en œuvre jusqu’à l’atteinte des résultats espérés. Je peux vous citer en exemple mon travail sur le protocole de suivi des opioïdes. Partout au Québec, on recensait de nombreux cas graves d’administration de doses inappropriées aux patients. Nous nous sommes attelés à ce protocole pendant deux ans et demi, examinant les données et mettant à contribution les médecins et les pharmaciens, ainsi que le personnel infirmier. Nous avons offert au personnel infirmier une formation intensive d’une durée de deux semaines ainsi que les outils, y compris des cartes de poche. À la suite de la mise en œuvre du protocole, nous avons été en mesure de prévenir les incidents évités de justesse et les effets nuisibles pour les patients. Bien que ce fût un long processus, le but ultime était de prodiguer des soins plus sûrs aux patients.

Le défi permanent est l’adhésion des médecins. Le processus d’approbation d’une politique est très long et lourd. Le fait de mettre à contribution les médecins dès les débuts peut les aider à adhérer au processus. Les soins en équipe aident à réduire la hiérarchie et peut contribuer au processus; il est donc important de faire accepter le principe de prestation des soins en collaboration.

En savoir plus sur Sonia
Je ne me dérobe jamais d’un défi qui m’est confié. Je travaille inlassablement, j’excelle sous la pression des délais et je suis honnête dans le sens que je donne toujours l’heure juste quant à l’évolution des événements. Ces qualités me viennent de l’expérience, non seulement professionnelle, mais aussi personnelle. Je viens de boucler un projet de déménagement de 60 % des activités cliniques de l’hôpital vers un nouveau pavillon de soins critiques qui s’est échelonné sur deux ans. J’ai travaillé au sein de l’équipe de transition en vue de préparer les équipes cliniques à travailler dans un nouveau milieu au moyen de la formation LEAN six sigma. Mon rôle principal était d’aider à faciliter le processus de transition et de rendre l’environnement de travail sécuritaire pour le personnel, ainsi que pour les patients. La cartographie de projets est maintenant devenue une seconde nature dans mon rôle d’ICS.