Accueil > La pratique des soins infirmiers > La pratique des soins infirmiers > Pratique infirmière avancée > Infirmière et infirmier clinicien spécialisé > Profils d’infirmières et d’infirmiers cliniciens spécialisés > Tamara Wells

Tamara Wells, inf. aut., M. Sc. inf., ICSP(C), IIWCC

Manitoba

Pourquoi avoir choisi de devenir infirmière clinicienne spécialisée?
J’ai assumé plusieurs emplois et rôles au fil des ans comme infirmière, travaillant dans plusieurs domaines, soit des soins directs en passant par la gestion. Je n’ai pas toujours nécessairement aspiré à devenir infirmière clinicienne spécialisée (ICS) et ce n’était pas mon but ultime après avoir fait ma maîtrise. Mon désir premier était de connaître des moyens d’évoluer dans ma carrière comme infirmière. Cela est venu de ma curiosité à renforcer ma présence et mon efficacité au travail. Je voulais changer ma perspective des soins infirmiers pour voir les choses autrement, et faire ma maîtrise en sciences infirmières (plutôt qu’en éducation, par exemple) me semblait le meilleur moyen d’atteindre mes objectifs de carrière à long terme. Occupant un rôle d’ICS dans un milieu de soins palliatifs prodigués en équipe, j’aide les patients à prendre des décisions et j’aide mon équipe avec les évaluations et la résolution de problèmes. J’ai toujours aspiré à occuper de tels rôles et j’en fais toujours la promotion.

Une partie de ma curiosité à devenir une ICS provient de mon travail avec des ICS incroyables dans le passé qui m’ont inspirées à relever de nouveaux défis. La première ICS avec qui j’ai travaillé était une infirmière d’un centre de sciences de la santé travaillant dans une clinique de sclérose en plaques. Elle démontrait bien comment assumer le rôle de l’ICS pour apporter des changements dans un milieu clinique, mettre en place des interventions, mettre en œuvre un programme, faire évoluer la pratique infirmière et, finalement, prodiguer les meilleurs soins possibles pour les patients.

Comment croyez-vous aider le plus vos patients?
J’aide le plus mes patients en ayant recours à mes expériences professionnelles passées et à mon éducation pour les exposer aux meilleures données factuelles possibles afin qu’ils puissent prendre les meilleures décisions possibles. Je pense aussi que j’aide les patients à se faire entendre, surtout lorsque les décisions entourant leurs objectifs de soins peuvent être compromises en raison des situations de fin de vie que leur famille et eux vivent. Les situations changent au fil du temps et c’est sans contredit difficile à affronter. Dans mes fonctions en tant que conseillère au programme de soins palliatifs de la Winnipeg Regional Health Authority, j’ai l’occasion de collaborer avec des infirmières et infirmiers, des médecins et d’autres professionnels de la santé pour améliorer nos aptitudes de communication avec les patients et leur famille.

Qu’est-ce qui est le plus valorisant et le plus difficile dans votre travail?
C’est une question difficile parce que j’adore la grande majorité de mon travail. C’est le poste le plus valorisant que j’ai occupé dans ma vie. Trois aspects de mon travail les plus valorisants méritent d’être mentionnés :

  1. J’apprécie vraiment travailler avec le personnel infirmier communautaire qui fait des visites à domicile dans le cadre de notre programme dans des situations à domicile difficiles mettant en cause des soins de fin de vie pour en venir à des solutions créatives qui fonctionnent le mieux pour chaque patient et sa famille.
  2. À titre de conseillère en soins des plaies, j’aide à couvrir la région pour ce qui est de la prise en charge des plaies en soins palliatifs. J’intègre la littérature et les directives cliniques en matière de pratique optimale pour les mettre en application sur une population en soins palliatifs où le but n’est pas nécessairement la guérison des plaies, mais plutôt le contrôle. Ce qui revient à mettre en priorité les objectifs des patients plutôt que les désirs des professionnels de la santé (c.-à-d. la guérison complète des plaies). Une grande créativité est nécessaire pour trouver des solutions.
  3. Mon travail à la clinique des troubles moteurs et neurologiques, surtout en matière de sclérose latérale amyotrophique (SLA), s’est avéré une occasion d’apprentissage incroyable. On se sent très humble d’observer le travail incroyable de l’équipe auprès de cette population; elle est un excellent modèle de soins concertés efficaces.

Un des aspects les plus difficiles de mon travail est d’équilibrer le « modèle Strong » (qui nous est enseigné dans la formation aux ICS) et les demandes de travail exigeantes. (Ce modèle, qui a été élaboré au Strong Memorial Hospital dans l’état de New York, est un modèle organisationnel des cinq domaines de la pratique infirmière avancée.) Il existe tellement de bonnes occasions de travailler en équipe ou de faire la promotion de la formation, mais il faut trouver un moyen de tout incorporer. Définir et choisir le cheminement à suivre peut parfois être difficile.

En savoir plus sur Tamara
L’occasion de devenir conseillère en soins des plaies pour le programme de soins palliatifs et ma participation au cours du soin des plaies interdisciplinaire ont été très motivants et stimulants. La spécialisation dans cette discipline m’a permis d’exercer dans la pleine mesure de mon champ de pratique et d’orienter mon travail dans des directions différentes et étendues. Ce rôle est un autre exemple de la façon dont le travail en équipe et la collaboration peuvent être profitables pour les patients et leur famille.