Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2011 > L’AIIC plaide pour des soins de santé primaires collaboratifs dans la communauté - Communiqués de presse

L’AIIC plaide pour des soins de santé primaires collaboratifs dans la communauté - Communiqués de presse

Ottawa, le 21 octobre 2011 – L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) s’est présentée cette semaine devant trois comités parlementaires dans le cadre de sa mission visant à faire progresser la profession infirmière, la santé et les politiques du système de santé. Au nom de plus de 250 000 infirmières autorisées, la présidente de l’AIIC, Rachel Bard et la présidente désignée, Barb Mildon, ont présenté la perspective infirmière aux discussions sur la réforme des soins de santé primaires, de la gestion des maladies chroniques et des mauvais traitements envers les aînés.

« Le point commun de nos priorités en soins de santé est l’attention portée sur les soins de santé primaires collaboratifs dans la communauté », affirme madame Bard. « Lorsqu’il examine le dossier des maladies chroniques, des mauvais traitements envers les aînés ou des soins sur le continuum du système de santé, s’il veut une population le plus en santé qui soit, notre gouvernement doit favoriser les équipes interprofessionnelles, financer les initiatives de prévention des maladies et amener les soins là où habitent les Canadiens, dans leur communauté. »

Depuis la mise en œuvre de l’accord sur la santé de 2004 (qui prend fin en 2014), on a constaté une réduction des temps d’attente pour certains services de santé, mais il existe toujours des engorgements qui rendent difficile l’accès à des soins de qualité pour les Canadiens. Les maladies chroniques, par exemple, représentent 67 % des coûts liés aux soins directs. Les maladies chroniques, comme le diabète, réduisent la productivité et coûtent cher, toutefois certaines maladies pourraient être prévenues ou du moins retardées si le système de santé fournissait le soutien et la structure appropriés. Les services communautaires et les modèles de soins interprofessionnels améliorent les résultats pour la santé en portant l’attention sur la promotion de la santé, la prévention de la maladie et ils regroupent les divers niveaux de soins afin d’optimiser les ressources humaines de la santé.

« Les infirmières ont une approche plus globale et elles constatent les lacunes et les diverses possibilités pour la continuité des soins », déclare madame Mildon. « Nous incitons le gouvernement de faire de la santé des Canadiens une priorité et de veiller à offrir des choix pour les soins afin que ceux-ci soient prodigués le plus près possible du domicile. »

Une possibilité serait de réorienter les ressources infirmières dans le système de soins de santé. Près de 70 % des infirmières autorisées canadiennes travaillent dans les soins actifs où le travail porte sur le traitement à court terme des blessures et des maladies épisodiques ainsi que sur les interventions chirurgicales et les états de santé requérant une attention médicale immédiate. La réorientation des ressources pour réduire l’écart entre les infirmières qui pratiquent en soins actifs et les infirmières en santé publique, en soins à domicile ou dans la communauté qui sont des milieux soins de santé primaires ne serait que bénéfique pour les Canadiens qui recevraient plus d’enseignement sur la santé, de soutien pour prévenir et gérer les maladies chroniques et qui auraient un meilleur accès à des équipes interprofessionnelles collaboratives.

Le point de vue des infirmières a été présenté à trois comités différents au cours de la semaine. D’abord, la présentation au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes portait sur le vieillissement en santé et la prévention et la gestion des maladies chroniques. Ensuite, l’AIIC s’est présentée devant le Comité sénatorial permanent des affaires sociales, des sciences et de la technologie pour soumettre des façons d’optimiser les 26 derniers mois de l’accord sur la santé de renouveler l’intérêt pour la réforme des soins de santé primaires. Enfin, la présentation au Comité parlementaire permanent de la condition féminine explorait des propositions pour mettre fin aux mauvais traitements envers les aînés.

Voix nationale de la profession des infirmières et des infirmiers autorisés au Canada, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada est une fédération de 11 associations et collèges provinciaux et territoriaux en soins infirmiers, qui représentent 143 843 infirmières et infirmiers autorisés. L’AIIC fait progresser la pratique des soins infirmiers et la profession infirmière afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé sans but lucratif et financé par le secteur public du Canada.

-30-

Pour de plus amples renseignements ou pour demander une entrevue, veuillez communiquer avec :
Kate Headley, coordonnatrice des communications externes
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613 237-2159 poste 561
Cell. : 613 697-7507
Adresse courriel : kheadley@cna-aiic.ca
Site Web : www.cna-aiic.ca