Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2012 > Les infirmières du Canada veulent un budget qui attribue la priorité à la santé du pays

Les infirmières du Canada veulent un budget qui attribue la priorité à la santé du pays

Ottawa, 28 mars 2012 – Pendant que le système de santé du Canada évolue pour répondre aux besoins de la population canadienne, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est d’avis que le gouvernement fédéral doit faire preuve de leadership en appuyant et préconisant des interventions afin d’établir des mécanismes nationaux de qualité pour améliorer le rendement du système de santé. L’AIIC espère que le budget fédéral de 2012 inclura des initiatives clés portant sur la responsabilisation et le rendement des soins de santé d’un océan à l’autre.

« Les Canadiens souhaitent que le gouvernement fédéral fasse preuve de leadership dans des questions aussi fondamentales pour leur bien-être et leur sécurité que la santé, affirme la présidente de l’AIIC Judith Shamian. L’occasion d’améliorer la santé du Canada et de fixer le cap pour obtenir le meilleur système de santé et les meilleurs résultats pour la santé dans le monde, c’est le gouvernement fédéral qui l’a entre les mains. »

Dans un mémoire prébudgétaire qu’elle a présenté au Comité permanent des finances de la Chambre des communes, Plan canadien relatif à l’obligation de rendre compte en matière de santé [PDF, 139,4 Ko], l’AIIC recommande que le gouvernement fédéral crée un ensemble d’indicateurs et d’objectifs pancanadiens comparables et convergents qui propulsent l’amélioration des résultats pour la santé et du rendement des systèmes. L’AIIC est d’avis qu’il s’agit de la voie à suivre, conjuguée à la collaboration, à la responsabilisation et à l’innovation de la part des provinces et des territoires, pour faire avancer les programmes de transformation du système de santé et de qualité.

« La responsabilisation véritable signifie établir et atteindre des objectifs qui amélioreront la santé de la population tout en garantissant que les investissements produiront une bonne rentabilité et assurant la pérennité de notre système de santé sans but lucratif financé par le Trésor, affirme Mme Shamian. Les Canadiens méritent que tout l’argent consacré à la santé produise les meilleurs résultats possible. »

Au cours des consultations prébudgétaires, l’AIIC a présenté un programme convergent comportant trois recommandations clés sur la transformation des soins de santé. Elle demandait au gouvernement fédéral :

  • de renforcer la responsabilisation en établissant des objectifs d’amélioration de la santé et du système basés sur une série d’indicateurs de la qualité prioritaires et sur des objectifs établis dans tout le système de santé;
  • de garantir la capacité de répondre aux besoins de la population canadienne en stabilisant et protégeant les ressources humaines de la santé du Canada aujourd’hui et à long terme;
  • d’améliorer l’équité en santé et de réduire les disparités en investissant dans l’amélioration de l’accès aux services de santé communautaires (p. ex. soins de première ligne, soins ambulatoires et soins à domicile).

Sans compter qu’elle préconise la nécessité de produire des rapports publics basés sur des indicateurs significatifs de la qualité, l’AIIC a affirmé qu’elle a pris fermement position, au cours des consultations budgétaires, au sujet de la question de garantir un accès équitable et opportun aux services de santé. L’AIIC a rappelé à tous les gouvernements que des investissements factuels sont cruciaux si nous voulons nous attaquer aux causes profondes de la mauvaise santé, en particulier dans les populations à faible revenu et peu instruites, ainsi qu’aux obstacles au logement de qualité, à l’éducation et aux services communautaires essentiels.

Pour transformer le système de santé et la santé de la population canadienne, l’AIIC exhorte les gouvernements à redistribuer le financement dans des modes de prestation des soins de santé de première ligne comme les cliniques dirigées par une infirmière praticienne et les centres de santé communautaires, qui renforcent les soins primaires par des équipes interprofessionnelles occupant leur champ d’exercice complet et qui mettent l’accent sur la promotion de la santé, réduisent la dépendance des services de soins actifs coûteux et contribuent énormément à l’amélioration de la santé de la population.

Reconnaissant les connaissances et le savoir-faire professionnel des infirmières du Canada, le Conseil de la fédération a invité l’AIIC à participer aux délibérations du groupe de travail sur l’innovation en santé qui doit piloter un exercice de collaboration portant sur la transformation et l’innovation afin d’aider à garantir que les systèmes de santé produisent de meilleurs résultats pour la santé et un meilleur rendement pour la population canadienne. L’AIIC se joindra aux premiers ministres de la Saskatchewan et de l’Île‑du-Prince-Édouard, aux ministres de la Santé des provinces et des territoires, à l’Association médicale canadienne et autres prestateurs de soins de santé pour faire progresser une stratégie pancanadienne convergente et axée sur les résultats portant sur les guides de pratique clinique et les champs d’exercice.

 L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est la voix professionnelle nationale des infirmières et des infirmiers autorisés du Canada. En tant que fédération de 11 associations et ordres provinciaux et territoriaux représentant 146 788 infirmières et infirmiers autorisés, l’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmière afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

- 30 -

Pour obtenir plus d’information ou pour organiser une entrevue, prière de communiquer avec :

Kate Headley, coordonnatrice des communications externes
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Téléphone : 613 237-2159, poste 561
Portable : 613 697-7507
Courriel : kheadley@cna-aiic.ca

@canadanurses
@canadanurses
CNA@facebook
CNA@YouTube