Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2014 > Le dernier rapport de l’ICIS présente de nouveaux résultats et de nouveaux défis pour l’effectif infirmier

Le dernier rapport de l’ICIS présente de nouveaux résultats et de nouveaux défis pour l’effectif infirmier

Ottawa, le 8 juillet 2014 — L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est ravie des nouvelles données présentées dans le rapport Le personnel infirmier réglementé 2013 de l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). Le rapport inclut pour la première fois des données sur l’entrée et la sortie des provinces et territoires des infirmières et infirmiers autorisés ainsi que le temps qu’il faut aux nouvelles et nouveaux diplômés pour trouver du travail. Moins de la moitié de ces derniers trouvent du travail à temps plein pendant leur première année dans la profession et il faut en moyenne quatre ans pour que 58,4 % d’entre eux trouvent un emploi à temps plein, ce qui peut compromettre les investissements que le Canada consent aux infirmières et infirmiers.

« Les infirmières et les infirmiers tiennent un rôle inestimable et irremplaçable dans la santé des Canadiens », a affirmé la présidente de l’AIIC, Karima Velji. « Les gouvernements le comprennent parfaitement, car ils maintiennent des investissements importants dans la formation des infirmières et des infirmiers autorisés. Des postes à temps plein doivent cependant être disponibles aux diplômés afin qu’ils puissent immédiatement mettre leurs connaissances et leurs compétences au service des Canadiens, et afin que les investissements du gouvernement dans notre profession soient pleinement réalisés. »

En plus des postes offerts aux diplômés, le rapport de l’ICIS porte également sur l’entrée et la sortie de l’effectif infirmier dans les provinces et territoires, c’est-à-dire le nombre d’infirmières et d’infirmiers qui s’inscrivent pour pratiquer dans une région, par rapport au nombre d’infirmières et d’infirmiers qui ne renouvellent pas leur inscription dans la même région. En 2013, plus de 16 000 infirmières et infirmiers autorisés ou infirmières et infirmiers praticiens (IP) ont quitté la pratique dans leur province ou territoire et plus de 19 000 sont entrés. Plus de 30 % de ceux qui n’ont pas renouvelé leur inscription étaient âgés de moins de 40 ans. Le rapport n’explique cependant pas leur décision, c’est-à-dire si elle était fondée sur la retraite, un déménagement ou l’abandon de la profession. À la lumière du temps requis pour qu’une infirmière ou un infirmier autorisé trouve du travail à temps plein, l’AIIC souhaite examiner de plus près les raisons qui font en sorte que ces derniers ne renouvellent pas leur inscription. Les postes à temps plein sont un élément clé pour les nouveaux membres du personnel infirmier autorisé afin qu’ils puissent mettre leurs connaissances et compétences en pratique avec succès.

Dans l’ensemble, les données de l’ICIS montrent que l’augmentation du nombre d’infirmières et d’infirmiers est plus rapide que la croissance de la population. L’AIIC met toutefois en garde contre de telles données, car elles ne tiennent pas entièrement en compte les besoins en soins de santé qui deviennent de plus en plus complexes. Les données des recensements du Canada montrent que l’espérance de vie est à la hausse, de même que la démence, le diabète, les conditions chroniques et certains cancers. Malgré la population vieillissante, près de 1 000 infirmières et infirmiers autorisés de moins travaillaient dans le secteur des soins de longue durée en 2013 comparativement à l’année précédente. De plus, depuis 2009, environ 2 000 infirmières et infirmiers autorisés de moins dispensaient des soins directs en santé communautaire, ce qui est inquiétant puisqu’un grand nombre de Canadiens ont de la difficulté à accéder à des soins primaires.

« Nous sommes heureux de constater la croissance de l’effectif de toutes les professions réglementées de soins infirmiers (infirmières et infirmiers autorisés, IP, infirmières et infirmiers psychiatriques autorisés et infirmières et infirmiers auxiliaires autorisés) », a déclaré Mme Velji. « Les données racontent une partie de l’histoire toutefois. Le Canada ne réalisera d’améliorations significatives en ce qui a trait à la santé de la population et au rendement du système de santé que lorsque ses infirmières et infirmiers auront des emplois à temps plein qui leur permettent de pleinement mettre en pratique leurs connaissances et leurs compétences et de répondre aux besoins de nos collectivités. 

Faits saillants du rapport :

  • L’effectif infirmier autorisé a augmenté de 5 107 entre 2012 et 2013, une augmentation qui représente plus que le double de celles des cinq dernières années. Terre-Neuve-et-Labrador, la Nouvelle-Écosse et le Nouveau-Brunswick sont les seules provinces dont le nombre d’infirmières et infirmiers autorisés ayant un emploi a diminué.
  • La moyenne d’âge de l’effectif infirmier reste le même depuis les derniers cinq ans, soit 45 ans.
  • En 2013, plus de la moitié (58,4 %) de l’effectif infirmier autorisé avait un emploi à temps plein.
  • Moins de la moitié (46,1 %) des nouveaux membres de l’effectif infirmier autorisé a obtenu un emploi à temps plein pendant leur première année de pratique. Après avoir obtenu leur diplôme, il faut quatre années de pratique aux infirmières et infirmiers autorisés afin d’atteindre la moyenne d’emploi à temps plein de 58,4 %.
  • Le lieu de travail des infirmières et infirmiers autorisés a très peu changé entre 2009 et 2013 : 62 % dans les hôpitaux, 15,2 % dans le secteur des soins communautaires et 9,2 % dans le secteur des soins de longue durée.
  • Le nombre d’IP ayant l’autorisation de pratiquer était de 3 655 en 2013. 3 477 d’entre eux travaillaient en soins infirmiers.
  • Plus de trois quarts des IP (77,8 %) travaillaient à temps plein.
  • La plupart des IP (39,4 %) travaillaient dans les hôpitaux en 2013 tandis que 31,9 % d’entre eux travaillaient dans le secteur communautaire.

L’AIIC est la voix professionnelle nationale des infirmières et des infirmiers autorisés du Canada. En tant que fédération de 11 associations et ordres provinciaux et territoriaux représentant 151 404 infirmières et infirmiers autorisés, l’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmière afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

-30-

Pour obtenir de l’information supplémentaire, veuillez de communiquer avec :
Kate Headley, coordonnatrice des communications externes
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Téléphone : 613-237-2159, poste 561
Cell. : 613-697-7507
Courriel : kheadley@cna-aiic.ca