Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2015 > Les infirmières et infirmiers canadiens réagissent à l’enquête fédérale sur les femmes autochtones disparues et assassinées

Les infirmières et infirmiers canadiens réagissent à l’enquête fédérale sur les femmes autochtones disparues et assassinées

Le 8 décembre 2015, Ottawa — À la suite de la mise sur pied d’une enquête publique nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées, les infirmières et infirmiers canadiens réaffirment leur engagement envers la sauvegarde et la promotion de la santé et du bien-être des peuples autochtones de notre pays.

L’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada (AIIAC) et l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) perçoivent cette enquête nationale comme une étape importante entreprise par le nouveau gouvernement et entrevoient une occasion d’y participer, tant dans la définition des paramètres que de l’enquête en soi. L’AIIAC plaide pour la justice sociale afin d’appuyer les survivantes de ces tragédies. L’AIIC, l’organisation nationale apparentée à l’AIIAC, appuie aussi l’enquête publique nationale et s’attend à un investissement plus important en soins de santé à l’intention des peuples autochtones.

« Il s’agit d’une initiative historique qui doit être porteuse d’espoir pour les peuples autochtones et ne doit pas traumatiser à nouveau ceux qui ont perdu un être cher, » déclare Mme Lisa Bourque-Bearskin, présidente de l’AIIAC. « L’enquête doit faire intervenir activement les associations de femmes autochtones, comme l’Association des femmes autochtones du Canada, la Pauktuutit Inuit Women of Canada, ainsi que l’AIIAC. Elle doit de plus formuler des recommandations concrètes et qui peuvent être mises de l’avant. Les infirmières et infirmiers autochtones continueront d’assumer leur rôle essentiel actuel consistant à appuyer le rétablissement des survivantes, de leur famille et des communautés. »

« Les données démontrent que lorsque le personnel infirmier exploite au maximum ses compétences dans son champ de pratique au moyen des ressources appropriées, il peut considérablement améliorer l’accès aux soins et les résultats cliniques des peuples vivant dans des communautés inuites, métisses et des Premières Nations, » avance Mme Anne Sutherland Boal, directrice générale de l’AIIC. « Chaque jour, nous sommes aux prises d’obstacles entravant la prestation de soins sûrs et de grande qualité aux communautés autochtones et nous devons travailler à surmonter ces obstacles. Le gouvernement doit comprendre ces obstacles et nous aider à mettre en œuvre des mesures à cet effet. »

L’AIIAC est encouragée en outre par l’engagement du gouvernement fédéral à réagir aux « appels à l’action » de la Commission de vérité et réconciliation du Canada. Bon nombre de ces appels pourraient être mis en application immédiatement et appuyer les prochains objectifs de l’enquête publique nationale.

Les infirmières et infirmiers, surtout ceux œuvrant en milieu rural et éloigné, représentent un premier point de contact fiable en ce qui concerne la santé et les services de soutien communautaires à l’intention des femmes et des filles, des hommes et des enfants autochtones. Ils améliorent considérablement l’accès aux soins et les résultats cliniques de ces communautés. Par ailleurs, le personnel infirmier mise sur la nécessité de porter une plus grande attention aux disparités en santé et prône davantage de ressources humaines durables qui peuvent prodiguer des soins sûrs sur le plan culturel aux communautés autochtones.

Dans un esprit de collaboration, l’AIIC et l’AIIAC s’engagent à travailler ensemble pour appuyer et faire progresser la profession infirmière qui peut couvrir une vaste gamme de soins nécessaires afin d’améliorer la santé et le bien-être des peuples autochtones.

Liens connexes
Les infirmières insistent pour qu’on prenne des mesures responsables à la suite du dévoilement du rapport sur la santé des Premières Nations
La dirigeante des infirmières et infirmiers du Canada et le président du Conseil de la fédération parlent de santé pour les personnes âgées et les Autochtones

L’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada (AIIAC) est le plus ancien organisme de santé réunissant des professionnels autochtones au Canada. Elle est dirigée par un conseil d’administration qui a pour mission d’améliorer la santé des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis en appuyant les infirmières et infirmiers inuits, métisses et des Premières Nations et en favorisant l’évolution et la pratique professionnelle en soins infirmiers axés sur la santé autochtone.

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) est la voix professionnelle nationale des infirmières et infirmiers autorisés du Canada représentant 135 000 membres. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

- 30 -

Pour plus d’information, veuillez communiquer avec :
Kevin Barlow, directeur général intérimaire
Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada
Téléphone : 613-724-4677, poste 3
Sans frais : 1-866-724-3049
Courriel : ed@anac.on.ca
www.anac.on.ca/

Kate Headley, gestionnaire des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Téléphone : 613-237-2159, poste 561
Cellulaire : 613-697-7507
Courriel : kheadley@cna-aiic.ca
cna-aiic.ca