Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2016 > Réaction des infirmières et infirmiers du Canada sur l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Réaction des infirmières et infirmiers du Canada sur l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées

Le 3 août 2016, Ottawa — Les infirmières et infirmiers sont soulagés de savoir que le gouvernement fédéral lance finalement l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées et s’engagent à contribuer à l’enquête. En tant que membres de la profession infirmière, nous nous unissons pour réaffirmer nos responsabilités consistant à sauvegarder et à promouvoir la santé et le bien-être des femmes autochtones.

« Cette initiative attendue depuis trop longtemps est un moment fort pour les familles autochtones qui ont perdu un être cher », déclare Mme Lisa Bourque-Bearskin, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada (AIIAC). « Nous avons bon espoir que cette enquête donnera lieu à des mesures concrètes afin de réduire la violence contre les femmes autochtones de tout le pays. Nous exigeons aussi une analyse approfondie du respect des lois et la déconstruction systémique de la Loi sur les Indiens en vue d’assurer une plus grande égalité en matière de services de protection pour les femmes autochtones du Canada. »

« C’est une enquête importante et attendue depuis trop longtemps pour enfin aborder la violence inacceptable que subissent les femmes autochtones », déclare Mme Anne Sutherland Boal, directrice générale de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC). « Nous nous attendons à ce que cette enquête consulte directement et inclut des groupes autochtones de tout le Canada, y compris l’AIIAC et les familles qui ont perdu un être cher, de façon à leur assurer que des mesures concrètes soient prises pour réduire cette violence à l’égard des femmes autochtones. »

Dans un esprit de collaboration, l’AIIC et l’AIIAC se sont engagées à unir leurs efforts pour appuyer et faire progresser la profession infirmière afin qu’elle fournisse une vaste gamme de soins sûrs sur le plan culturel et de grande qualité nécessaires pour améliorer la santé et le bien-être des peuples autochtones.

Les infirmières et infirmiers contribuent de façon importante aux soins des femmes autochtones. Jusqu’à maintenant, le processus de consultation du gouvernement fédéral n’a pas fait appel dans une large mesure aux infirmières et infirmiers. Étant donné que les infirmières et infirmiers sont souvent le premier point d’accès pour les femmes victimes de violence, cette enquête doit tenir compte de notre position importante.

-30-

L’AIIAC est le plus ancien organisme de santé réunissant des professionnels autochtones au Canada. Elle est dirigée par un conseil d’administration qui a pour mission d’améliorer la santé des membres des Premières Nations, des Inuits et des Métis en appuyant les infirmières et infirmiers inuits, métisses et des Premières Nations et en favorisant l’évolution et la pratique professionnelles en soins infirmiers axés sur la santé autochtone.

L’AIIC est la voix professionnelle nationale des infirmières et infirmiers autorisés du Canada représentant plus de 139 000 membres. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca