Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2017 > Plus de neuf Canadiens sur dix perçoivent les superbactéries comme une menace et s’attendent à ce que le personnel infirmier les oriente, selon un sondage

Plus de neuf Canadiens sur dix perçoivent les superbactéries comme une menace et s’attendent à ce que le personnel infirmier les oriente, selon un sondage

Ottawa, le 14 novembre 2017 — Conjointement à la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) a publié aujourd’hui les résultats d’un sondage indiquant que 93 % des Canadiens sont préoccupés par la menace croissante des superbactéries résistantes aux antibiotiques. Près de 60 % d’entre eux perçoivent ce problème comme étant majeur pour le système de soins de santé du Canada et presque tous les répondants (96 %) veulent et s’attendent à ce que le personnel infirmier leur fournisse une orientation et une éducation sur l’utilisation des antibiotiques.

La mauvaise utilisation des antibiotiques peut donner lieu à des superbactéries, qui sont résistantes à nos antibiotiques les plus sûrs et causer des infections nécessitant des médicaments plus puissants et pour de plus longues périodes. Parce que ces médicaments entraînent souvent des effets indésirables graves ou nécessitent des hospitalisations plus longues, ils peuvent affecter négativement la santé des Canadiens et faire grimper les coûts des soins de santé. Partout dans le monde, les superbactéries qui se manifestent ne peuvent plus être traitées par les médicaments actuels.

En raison de cette menace précise, l’AIIC et d’autres groupes nationaux implorent le gouvernement fédéral de prendre des mesures en matière de résistance antimicrobienne (RAM). Le récent rapport Rassembler les pièces du puzzle : un plan d’action national sur la gérance des antimicrobiens rédigé conjointement par SoinsSantéCAN et le Centre de collaboration nationale des maladies infectieuses est un bon point de départ.

Le gouvernement fédéral doit investir des ressources considérables pour améliorer les programmes provinciaux et territoriaux de gérance des antimicrobiens (GAM). Il doit également créer des politiques qui permettent aux infirmières et infirmiers de devenir des gérants des antimicrobiens pour aider les patients à comprendre les antibiotiques et à les utiliser de façon adéquate. À cet effet, les infirmières et infirmiers qui sont bien versés dans la GAM devraient être incorporés au sein des équipes de soins de santé, une initiative qui semble prometteuse à l’échelle mondiale.

Pour s’attaquer aux dangers que pose la résistance antimicrobienne, l’AIIC recommande que le gouvernement fédéral investisse 45 millions de dollars au cours des cinq prochaines années afin d’élargir les programmes provinciaux et territoriaux dans les milieux de soins actifs et communautaires. Cet investissement devrait comprendre un cadre de reddition de comptes pour faire un suivi de l’usage des fonds investis. Par ailleurs, compte tenu du rôle de leadership inhérent au travail du personnel infirmier, le gouvernement pourrait accorder un investissement ponctuel de 1,5 million de dollars pour renforcer les compétences et les capacités du personnel infirmier, dans le cadre de programmes mettant à profit ces connaissances de façon à mieux satisfaire les besoins des patients.

L’AIIC continue de faire progresser la gérance des antimicrobiens à plusieurs fronts, entre autres en publiant dernièrement la liste Choisir avec soin, élaborée en partenariat avec Prévention et contrôle Canada et intitulée Les sept interventions et traitements sur lesquels le personnel infirmier et les patients devraient s’interroger [PDF, 153,6 Ko]. Ces nouvelles recommandations infirmières abordent les examens, les traitements ou les interventions qui peuvent contribuer inutilement au développement des infections et à la surutilisation des antibiotiques ou de la RAM.

Pour surmonter les difficultés que pose la RAM, les professionnels de la santé et le public, soit le personnel infirmier, les médecins, les pharmaciens (et d’autres membres essentiels de l’équipe de soins de santé), les patients et les aidants, doivent tous travailler de concert.

« Les superbactéries immunitaires à la plupart des antibiotiques les plus puissants disponibles se manifestent comme l’un des enjeux en santé le plus lourd de conséquences de notre époque », explique Barb Shellian, présidente de l’AIIC. « Tous les fournisseurs de soins de santé doivent être prêt à y faire face de façon concertée. Tout retard dans ces programmes met en péril les patients, les familles et les collectivités dont nous prenons soin. »

Les groupes de santé nationaux suivants appuient les recommandations de l’AIIC contenues dans sa soumission prébudgétaire pour 2018 afin de renforcer l’éducation en santé publique des professionnels de la santé.

Le Collège des médecins de famille du Canada
« Les médecins de famille du Canada reconnaissent les risques considérables que pose la résistance antimicrobienne. Le Collège des médecins de famille (CMFC) continue de plaider en faveur de l’utilisation prudente des antibiotiques comme en fait foi sa liste de recommandations Choisir avec soin. Le personnel infirmier, les médecins de famille et d’autres membres de l’équipe du Centre de médecine de famille jouent un rôle crucial dans la gérance antimicrobienne. »

Dr Guillaume Charbonneau, président du CMFC

*SoinsSantéCAN*
« La résistance antimicrobienne (RAM) est une des menaces les plus pressantes en santé publique auquel le Canada et le monde font face aujourd’hui. Malheureusement, elle figure parmi les plus négligées. Les dirigeants canadiens en résistance et en gérance antimicrobiennes ont la formation et l’expérience pour agir concrètement en ralentissant la progression de la RAM et en sauvant des vies. Grâce à l’appui et aux ressources appropriés des gouvernements, le Canada peut être un chef de file en veillant à ce que le bon antibiotique soit utilisé à la bonne dose et au bon moment, et lorsque nécessaire. »

Paul-Émile Cloutier, président et chef de la direction de SoinsSantéCAN

Association des infirmières et infirmiers praticiens du Canada
« L’Association des infirmières et infirmiers praticiens du Canada (AIIPC) est la porte-parole des infirmières et infirmiers praticiens, qui sont des prescripteurs reconnus au Canada. L’AIIPC appuie les recommandations de l’AIIC voulant que l’investissement du gouvernement fédéral ait pour but d’améliorer la responsabilisation, les compétences et les capacités de tous les infirmiers et infirmières praticiens en ce qui concerne la gérance antimicrobienne. »

-30-

Contexte :

Les Canadiens sont pour ou plutôt pour une éducation sur l’utilisation des antibiotiques par les infirmières et infirmiers et les « superbactéries » sont un problème majeur au Canada [PDF, 1,4 Mo]

Mémoire de l’AIIC sur la résistance aux antimicrobiens au Canada présenté au Comité permanent de la santé [PDF, 224,8 Ko]

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca