Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2017 > Un sondage national sur le cannabis souligne la nécessité d’investir dans l’éducation publique menée par le personnel infirmier

Un sondage national sur le cannabis souligne la nécessité d’investir dans l’éducation publique menée par le personnel infirmier

Ottawa, le 14 novembre 2017 — Un nouveau sondage national révèle que seulement 62 % des infirmières et infirmiers estiment qu’ils connaissent ou qu’ils connaissent très bien les risques associés à la consommation du cannabis à des fins récréatives/non médicales. Cette proportion, dévoilée aujourd’hui par l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), est problématique car tous les infirmiers et infirmières interagiront probablement avec des patients qui consomment du cannabis à des fins récréatives.

Le sondage a été élaboré pour évaluer les connaissances du personnel infirmier concernant les effets sur la santé de la consommation de cannabis à des fins récréatives et pour fournir à Santé Canada une orientation sur la façon de préparer une campagne d’éducation publique avant la légalisation prévue du cannabis l’an prochain. Le personnel infirmier interrogé dit avoir des lacunes en matière de connaissances dans les domaines suivants :

  • la consommation de cannabis pendant la grossesse (36 %)
  • les risques pour la santé associés à diverses méthodes de consommation du cannabis (27 %)
  • les effets de la consommation du cannabis sur le développement du cerveau (17 %)
  • le risque de dépendance (15 %)
  • les risques associés à la consommation du cannabis et à la santé mentale (14 %)

Ces résultats lèvent le voile sur la nécessité pour le gouvernement fédéral d’octroyer des investissements plus importants pour le perfectionnement professionnel et l’éducation du personnel infirmier concernant les risques et les méfaits associés à la consommation du cannabis.

Un récent sondage Nanos [PDF, 1,4 Mo] a aussi révélé que plus de neuf Canadiens sur dix appuient le personnel infirmier et s’attendent qu’il soit une source d’information essentielle sur les risques et les méfaits de la consommation du cannabis à titre récréatif. Parce que le personnel infirmier aura manifestement un rôle de premier ordre à jouer dans l’éducation du public, l’AIIC estime que les infirmières et infirmiers doivent prendre part à la conception et au déploiement de campagnes d’éducation publique financée par l’État.

Nous nous réjouissons de la récente annonce de la ministre fédérale de la Santé d’investir 36,4 millions de dollars sur cinq ans (20 cents par habitant par année) pour une campagne d’éducation publique et de sensibilisation au cannabis, mais l’expérience d’autres états ou territoires laisse entendre qu’un investissement plus important est nécessaire. Par comparaison, le Colorado (É.-U.) a alloué sept millions de dollars par année (1,25 $ par habitant par année) pour une campagne d’éducation publique.

Dans sa soumission prébudgétaire pour 2018, l’AIIC a recommandé un investissement de 125 millions de dollars sur les cinq prochaines années pour l’éducation publique. L’AIIC a aussi recommandé un financement permanent de deux millions de dollars par année pour une campagne de sensibilisation axée sur la réduction des méfaits à l’intention des jeunes et des adultes. À la lumière des récents résultats au sondage, l’AIIC recommande aussi que le gouvernement fédéral accorde un investissement ponctuel de 1,5 million de dollars pour accroître le niveau d’éducation des infirmières et infirmiers sur le cannabis afin de soutenir leur rôle comme sources d’information publique.

« À l’approche de la légalisation du cannabis par le gouvernement fédéral, il est primordial d’assurer que le personnel infirmier soit bien préparé pour répondre aux questions de leurs patients sur la santé », déclare Barb Shellian, présidente de l’AIIC. « Les résultats à ce sondage démontrent un réel besoin d’éduquer davantage la population pour appuyer les fournisseurs de soins de santé dans cette nouvelle réalité de santé publique au Canada. »

Le groupe de santé national suivant appuie les recommandations de l’AIIC contenues dans sa soumission prébudgétaire pour 2018 afin de renforcer l’éducation en santé publique des professionnels de la santé.

Association des infirmières et infirmiers praticiens du Canada
« En vue de la légalisation du cannabis en 2018, l’Association des infirmières et infirmiers praticiens du Canada (AIIPC) appuie les recommandations de l’AIIC exigeant un investissement supplémentaire pour une campagne de sensibilisation et l’éducation publique en matière de réduction des méfaits, ainsi qu’un investissement accru dans l’éducation des infirmières et infirmiers praticiens sur le cannabis, de façon à ce que la consommation sûre du cannabis à des fins récréatives/non médicales soit appuyée dans la pratique. »

-30-

Contexte :

Sondage auprès du personnel infirmier sur la consommation du cannabis à des fins non médicales [PDF, 650,7 Ko]

Sondage Nanos auprès du public sur le rôle du personnel infirmier en matière d’éducation sur le cannabis à des fins non médicales [PDF, 1,4 Mo]

Consultation prébudgétaire de l’AIIC pour 2018 [PDF, 186,5 Ko] :

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca