Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2017 > Une coalition infirmière obtient le statut d’intervenant dans un cas de la Cour supérieure en vue d’appuyer les programmes de distribution de seringues propres

Une coalition infirmière obtient le statut d’intervenant dans un cas de la Cour supérieure en vue d’appuyer les programmes de distribution de seringues propres

TORONTO, le 5 janvier 2017 – Une coalition à l’échelle nationale d’associations infirmières, comptant l’Association of Registered Nurses of British Columbia (ARNBC), l’Association canadienne des infirmières et infirmiers en VIH/sida (ACIIS), l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), et l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (RNAO), a obtenu le statut d’intervenant dans une poursuite devant la Cour supérieure de l’Ontario pour que des seringues et aiguilles propres soient disponibles en prison.

La coalition infirmière sur le programme de distribution de seringues et d’aiguilles propres en prison offrira le point de vue du personnel infirmier dans la poursuite, déposée par quatre organismes sur le VIH/sida et un ancien détenu qui a contracté l’hépatite C pendant son incarcération contre le ministre de la Sécurité publique, le Service correctionnel du Canada (SCC), le Commissaire du SCC et le Procureur général du Canada. La poursuite remet en cause la constitutionalité de la décision de traiter les seringues et aiguilles propres comme de la « contrebande » et vise à faire émettre une ordonnance qui fera en sorte que les prisons fédérales disposent de programmes d’échange de seringues propres.

« Les données de recherche indiquent qu’environ 80 % de la population carcérale du Canada fait face à de graves problèmes de toxicomanie, alors que les taux de VIH et d’hépatite C sont exponentiellement supérieurs dans les établissements correctionnels qu’au sein de la population générale », explique Anne Sutherland Boal, directrice générale de l’AIIC. « Les mesures de réduction des méfaits, y compris les programmes de distribution de seringues et d’aiguilles propres, sont cruciales pour s’attaquer aux maladies transmissibles et liées aux dépendances.

« Non seulement la population carcérale est considérablement moins en santé que le reste du pays, mais elle est aussi souvent victime de pauvreté, de traumatismes infantiles et d’autres formes de marginalisation », explique Doris Grinspun, directrice générale de RNAO. « En ignorant ces réalités et en omettant de fournir des services de réduction des méfaits, nous exerçons de la discrimination envers cette population vulnérable. »

« Des stratégies préventives déterminantes comme les programmes de distribution de seringues et d’aiguilles se sont avérées réduire de façon considérable la propagation du VIH et d’autres infections transmises par le sang chez les consommateurs de drogues », ajoute Julie Kille, présidente sortante de CANAC. « Notre coalition appuie totalement le fait que tous puissent se prévaloir de ces droits humains. »

Les Principes fondamentaux relatifs au traitement des détenus des Nations Unies stipulent que les gens en milieu carcéral « ont accès aux services de santé existant dans le pays, sans discrimination aucune ». Toutefois, bien que les programmes de distribution de seringues et d’aiguilles propres existent partout au Canada, ils ne sont pas accessibles dans les prisons du pays, où les dépendances sont beaucoup plus prévalentes.

En 2011, des membres de la coalition ont présenté des arguments à la Cour suprême du Canada en appui à Insite, un établissement d’injection supervisé de Vancouver.

La coalition est représentée sur une base pro-bono par Rahool P. Agarwal et Kristine Spence du cabinet d’avocats Norton Rose Fulbright Canada, s.r.l. Les procédures judiciaires sont censées débuter cette année. La coalition soutiendra que les lois faisant obstruction aux programmes de réduction des méfaits en prison posent un risque pour la santé des détenus qui s’injectent des drogues et empêchent le personnel infirmier d’assumer pleinement ses obligations juridiques et éthiques consistant à fournir des services de santé essentiels. Les infirmières et infirmiers sont les professionnels de la santé les plus présents dans les prisons du pays pour prodiguer des soins de santé et sont souvent le premier point de contact des détenus lorsque ceux-ci nécessitent des soins de santé.

« En tant que fournisseurs de soins directs dans les milieux correctionnels de tout le Canada, les infirmières et infirmiers savent de première main combien ces programmes sont nécessaires », explique Zak Matieschyn, président de l’ARNBC. « L’interdiction des programmes de distribution de seringues et d’aiguilles propres met en péril la santé et le bien-être des prisonniers et constitue un risque pour le public au moment de leur libération. Les infirmières et infirmiers savent qu’il est temps d’offrir ces programmes essentiels et vitaux. »

L’ARNBC est l’association professionnelle représentant près de 40 000 infirmières et infirmiers autorisés et praticiens de la Colombie-Britannique. L’ARNBC travaille avec ses membres pour offrir aux patients des soins de qualité grâce à l’engagement, la collaboration, la défense des intérêts et le leadership stratégique. Pour en apprendre davantage sur l’ARNBC, visitez www.arnbc.ca ou suivez-nous sur Facebook ou Twitter.

Fondée en 1988, l’Association canadienne des infirmières et infirmiers en VIH/sida (ACIIS) est un organisme national regroupant des professionnels des soins infirmiers, ayant pour vocation d’encourager l’excellence dans le domaine des soins infirmiers en sidologie, de promouvoir la santé, les droits et la dignité des personnes atteintes par le VIH/sida et d’empêcher la propagation de l’infection par le VIH. Pour plus d’information sur l’ACIIS, veuillez visiter www.canac.org/fr/ ou suivez-nous sur Facebook.

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada. Pour obtenir plus d’information sur l’AIIC, visitez cna-aiic.ca ou suivez-nous sur Facebook et Twitter.

RNAO est l’association professionnelle représentant les infirmières et infirmiers autorisés, les infirmières et infirmiers praticiens et les étudiant(e)s en soins infirmiers de l’Ontario. Depuis 1925, RNAO plaide pour des politiques publiques en santé, fait la promotion de l’excellence dans la pratique infirmière, renforce la contribution infirmière au façonnement du système de soins de santé, et influence la prise de décisions qui touchent le personnel infirmier et le public qu’il dessert. Pour obtenir plus d’information sur RNAO, visitez RNAO.ca ou suivez-nous sur Facebook et Twitter.

- 30 -

Pour obtenir plus d’information ou une entrevue avec une infirmière ou un infirmier, veuillez communiquer avec :

Andrea Burton
Directrice des communications et des relations gouvernementales
Association of Registered Nurses of British Columbia
604-762-4743
aburton@arnbc.ca

Julie Kille
Présidente sortante
CANAC/ACIIS
604-781-8544
viceprescanac@gmail.com

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca

Daniel Punch
Agent des communications/rédacteur
Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario (RNAO)
416-408-5606 / 1-800-268-7199, poste 250
dpunch@RNAO.ca