Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2018 > Déclaration de Barb Shellian, présidente de l’AIIC, sur le reportage W5 de CTV sur la diversion de médicaments par le personnel infirmier

Déclaration de Barb Shellian, présidente de l’AIIC, sur le reportage W5 de CTV sur la diversion de médicaments par le personnel infirmier

Ottawa, le 14 février 2018 — Barb Shellian, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC), formule la déclaration suivante en réaction au reportage intitulé Hospital Secrets de W5 de CTV :

« Le système de soins de santé du Canada est parmi les plus sûrs au monde. La sécurité des patients est un aspect fondamental des soins infirmiers et un impératif moral et éthique central à la profession.

« Les infirmières et infirmiers canadiens, tout comme les autres professionnels canadiens, ne sont pas à l’abri de problèmes de santé mentale et de dépendance. Il est important de comprendre que si des infirmières ou des infirmiers aux prises d’une consommation de substances problématique n’obtiennent pas de l’aide, ils risquent davantage de causer du tort aux patients, à leurs collègues, ainsi qu’à eux-mêmes.

« L’AIIC demeure résolue à appuyer des démarches de réduction des méfaits qui traitent toute personne présentant une consommation de substances problématique avec dignité et compassion. Il est crucial de combattre la stigmatisation associée à la consommation de substances et aux dépendances et d’assurer que le personnel infirmier pratique dans des milieux sécuritaires qui leur permettent d’avoir des conversations honnêtes. La justification d’une intervention auprès d’une infirmière ou d’un infirmier présentant un comportement inapproprié devrait toujours être la protection des patients, et non des mesures punitives.

« L’AIIC fait la promotion de soins de qualité et de la sécurité des patients en offrant des ressources et des outils pour appuyer les infirmières et infirmiers sur le plan individuel lorsqu’ils adhèrent aux exigences réglementaires comme la compétence continue, les normes professionnelles et la pratique déontologique. Nous continuons de plaider en faveur d’améliorations constantes à notre système de soins de santé et de programmes et ressources adéquats afin d’appuyer tout le personnel infirmier du Canada. »

Contexte

Le Code de déontologie des infirmières et infirmiers autorisés de l’AIIC renferme des principes que devrait suivre le personnel infirmier lorsqu’il s’agit de consommation de substances :

  • Les infirmières et infirmiers doivent rendre compte de leurs actions et répondre de leur pratique.
  • Les infirmières et infirmiers doivent maintenir leur aptitude à exercer la profession.
  • L’aptitude à exercer [est] l’ensemble des qualités et des capacités nécessaires pour pouvoir exercer ou pratiquer la profession infirmière, notamment […] de toute dépendance à l’alcool ou aux drogues nuisant à la capacité d’exercer.
  • S’ils savent qu’ils n’ont pas la capacité physique, mentale ou affective nécessaire pour pratiquer de façon sécuritaire et compétente, ils doivent cesser de fournir des soins après avoir consulté leur employeur. […] Les infirmières et infirmiers prennent ensuite les mesures nécessaires pour rétablir leur aptitude à exercer en consultation avec les ressources professionnelles qui s’imposent.

-30-

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Responsable des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca