Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2018 > L’Association des infirmières et infirmiers du Canada demande à l’Ontario de prendre des mesures en ce qui concerne la campagne d’éducation publique sur le cannabis et la crise des opioïdes

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada demande à l’Ontario de prendre des mesures en ce qui concerne la campagne d’éducation publique sur le cannabis et la crise des opioïdes

Ottawa, le 13 février 2018 — Au retour des députés ontariens à l’Assemblée législative pour débattre du prochain budget provincial, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) préconise deux mesures essentielles liées à la légalisation du cannabis et à la crise des opioïdes actuelle. D’abord, l’AIIC recommande avec insistance la création de ressources pédagogiques sur le cannabis à l’intention du public et du personnel infirmier. Ensuite, étant donné que la crise des opioïdes continue de s’aggraver, l’AIIC recommande l’expansion du rôle du personnel infirmier en réduction des méfaits, y compris dans les programmes de traitement à la naloxone.

L’AIIC recommande d’investir 48 millions de dollars dans une campagne d’éducation publique pour réduire les méfaits potentiels de la consommation du cannabis à des fins non médicales. Une campagne de ce genre devrait comprendre des messages sur la conduite automobile sous influence, la restriction de la consommation chez les jeunes, l’entreposage sécuritaire du cannabis, et la compréhension de la teneur du produit et des méthodes d’utilisation. Le personnel infirmier devrait prendre part à la conception et à la présentation d’une telle campagne, parce qu’il joue un rôle important en éducation publique.

L’AIIC recommande par ailleurs que le gouvernement de l’Ontario investisse 600 000 $ pour rehausser le niveau de connaissances sur le cannabis de son personnel infirmier. L’AIIC a récemment mené un sondage auprès du personnel infirmier de l’Ontario [PDF, 650,7 Ko] qui a révélé que seulement la moitié des répondants ont affirmé avoir les connaissances adéquates sur les risques et méfaits de la consommation de cannabis. Ces résultats sont grandement attribuables au fait que la légalisation du cannabis est une nouvelle réalité et bon nombre d’infirmières et infirmiers sont mal à l’aise de répondre aux questions de leurs patients. Le personnel infirmier est une source d’information essentielle et, comme le révélait un récent sondage Nanos [PDF, 1 016 Ko], neuf Ontariens sur 10 appuient les infirmières et infirmiers comme principale ressource en santé publique sur le cannabis.

« À l’approche de la légalisation du cannabis, il est primordial d’assurer que le personnel infirmier soit bien préparé à répondre aux questions liées à la santé que leur poseront leurs patients », avance Mike Villeneuve, directeur général de l’AIIC. « Le public accorde une confiance inébranlable au personnel infirmier qui est souvent le premier ou le seul point de contact au sein du système de santé. C’est pourquoi nous devons investir dans le perfectionnement professionnel et dans les ressources à l’intention du personnel infirmier de l’Ontario. »

Une autre recommandation de l’AIIC concerne la crise des opioïdes. En vue d’améliorer les services de réduction des méfaits et de sauver des vies, l’AIIC recommande qu’une part des 222 millions de dollars projetés pour lutter contre la crise des opioïdes soit utilisée pour rehausser le rôle des infirmières et infirmiers dans les services de réduction des méfaits et pour les inclure dans les programmes de traitement à la naloxone. Le personnel infirmier est dans une position unique pour travailler à des sites de consommation supervisés et dans d’autres services de réduction des méfaits pour conseiller et offrir les services de santé essentiels aux consommateurs de substances. L’élargissement du rôle des infirmières et infirmiers pour aborder cette crise préviendrait des surdoses et des décès évitables et éviterait des admissions à l’urgence. Les infirmières et infirmiers peuvent soutenir les personnes qui consomment des substances et les mettre en lien avec d’autres services essentiels comme l’aide au revenu, le logement et les traitements.

« Les sites d’injection supervisés sont des services sanitaires et sociaux essentiels pour les populations vulnérables ayant un urgent besoin de soutien », affirme M. Villeneuve. « Le personnel infirmier peut appuyer dans une large mesure ces populations dans le cadre d’une équipe de services de réduction des méfaits en Ontario. »

L’AIIC est aussi fière d’appuyer les recommandations de l’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada (AIIAC) en vue d’améliorer la santé des peuples autochtones de l’Ontario. L’AIIAC recommande que le gouvernement de l’Ontario alloue 4,5 millions de dollars pour un projet pilote qui entraînera la création d’un laboratoire de simulation de soins de santé mobile. Un laboratoire de ce genre permettrait au personnel infirmier autochtone des communautés éloignées de la province d’avoir un meilleur accès aux services éducatifs.

« Les infirmières et infirmiers autochtones ont besoin d’un meilleur accès aux ressources éducatives dans les communautés éloignées », explique Marilee A. Nowgesic, directrice générale de l’AIIAC. « Les besoins en santé étant de plus en plus importants dans ces communautés, le gouvernement de l’Ontario doit se pencher sur des solutions innovatrices pour rapprocher les soins et la formation des domiciles et des communautés. De nouvelles technologies et de nouveaux modèles de formation ont le potentiel de changer la donne afin d’améliorer la santé des peoples autochtones. »

-30-

Contexte

Le 17 janvier dernier, des représentantes de l’AIIC et de l’AIIAC ont comparu devant le Comité permanent des finances de l’Ontario pour formuler des recommandations [PDF, 223,1 Ko] préalablement au prochain budget provincial.

Écoutez l’entretien de Karey Shuhendler de l’AIIC avec Business of Cannabis (vidéo en anglais seulement) sur la nécessité d’une éducation publique sur le cannabis.

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est la voix professionnelle nationale représentant plus de 139 000 infirmières et infirmiers autorisés et infirmières et infirmiers praticiens du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Kevin Ménard
Conseiller en communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 543
Courriel : kmenard@cna-aiic.ca