Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2019 > L’Association des infirmières et infirmiers du Canada réagit au rapport d’enquête sur l’affaire Wettlaufer

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada réagit au rapport d’enquête sur l’affaire Wettlaufer

Ottawa, le 31 juillet 2019 – L’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) remercie la juge Eileen Gillese et son équipe pour leur travail sur le rapport final intitulé Enquête publique sur la sécurité des résidents des foyers de soins de longue durée. Ils ont formulé des recommandations réfléchies. Nous sommes d’accord avec la conclusion que le système de soins de santé de longue durée recèle des vulnérabilités systémiques qui nécessitent des changements systémiques fondamentaux.

« L’AIIC est horrifiée par les circonstances des décès qui ont fait l’objet de cette enquête. Nous nous engageons pleinement à faire pression pour que les établissements de soins de longue durée soient des endroits sécuritaires où vivre au Canada. Il s’agit d’un secteur important du système de santé qui offre des soins à certaines des personnes les plus vulnérables. Alors que l’excellence des soins est un engagement profond, il est nécessaire d’injecter des fonds et de fournir d’autres conditions qui appuient cet objectif. Nous incitons les gouvernements à travailler avec tous les intervenants, y compris l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, pour déployer la bonne composition de fournisseurs prodiguant le bon type de soins au bon moment », explique Claire Betker, présidente de l’AIIC. « Pour en faire une réalité, nous devons créer le même type d’enthousiasme professionnel envers les soins à domicile et de longue durée que celui que nous vouons depuis longtemps à des milieux comme les unités de soins intensifs », ajoute-t-elle.

« Ce problème n’est pas unique à l’Ontario, il est répandu à l’échelle nationale. Il ne s’agit pas non plus d’un nouveau problème. Nous avons une population vieillissante qui nécessite des soins plus complexes; toutefois, nous accusons une pénurie grave de travailleurs de première ligne et devons nous attarder à l’allocation de davantage de ressources pour la formation sur une vaste gamme d’enjeux », avance Mme Betker.

En raison d’un personnel limité, les infirmières et infirmiers travaillent souvent sous supervision minimale et sont forcés de mettre la priorité sur les cas difficiles. L’AIIC est d’accord avec la recommandation consistant à réévaluer la composition du personnel et à améliorer l’enveloppe budgétaire pour garantir la sécurité et satisfaire les besoins des gens nécessitant des soins de longue durée. Pour assurer une composition du personnel sécuritaire, les systèmes de soins de longue durée doivent utiliser les données optimales et un jugement sûr pour déterminer le volume et l’intensité des besoins des gens en matière de soins.

Il est nécessaire de passer à une « culture juste » dont le rapport fait mention et au sein de laquelle les travailleurs de la santé se sentent à l’aise de déclarer tout comportement suspect. Cette culture permettra d’améliorer la sécurité des patients. Des systèmes de déclaration volontaire et de suivi efficace doivent être en place pour saisir et analyser l’information sur les risques, les événements indésirables, les méfaits et autres préoccupations en matière de sécurité des patients. La sécurité des patients et des soins de qualité doivent être au cœur du système de soins de longue durée.

Nous félicitons le gouvernement de l’Ontario pour ses réactions initiales aux deux premières recommandations et nous attendons de voir sa réaction entière aux 91 recommandations dans les semaines à venir. L’AIIC travaillera avec le gouvernement de l’Ontario et tous les partis pour aider à rétablir la confiance ébranlée, et pour mettre les structures en place pour bâtir des systèmes de soins sûrs pour tous les gens bénéficiant de soins de longue durée.

-30-

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est le porte-parole professionnel national et mondial des soins infirmiers au Canada représentant 135 000 infirmières et infirmiers dans les 13 provinces et territoires du Canada. L’AIIC fait progresser la pratique et la profession infirmières afin d’améliorer les résultats pour la santé et de renforcer le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Eve Johnston
Coordonnatrice des médias et des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 114
Cell. : 613-282-7859
Courriel : ejohnston@cna-aiic.ca