Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2019 > Le rapport fédéral sur la santé permet à l’AIIC d’axer son travail sur la stigmatisation et la santé

Le rapport fédéral sur la santé permet à l’AIIC d’axer son travail sur la stigmatisation et la santé

Ottawa, le 20 décembre 2019 — L’administratrice en chef de la santé publique au Canada, la Dre Theresa Tam, a publié son Rapport sur l’état de la santé publique au Canada 2019, qui met particulièrement l’accent sur la stigmatisation et la santé. Le rapport suscite la réflexion quant aux indicateurs de la santé de la population et se penche sur la manière dont l’AIIC et le personnel infirmier au Canada peuvent diriger le système de santé et d’autres secteurs pour aborder les besoins et les priorités changeants en matière de santé des Canadiens.

Puisqu’une personne sur quatre signale avoir vécu au moins une expérience de discrimination au cours de sa vie au Canada, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) se réjouit que l’administratrice en chef de la santé publique mette l’accent sur la stigmatisation en tant que préoccupation liée à la santé publique. Nous préconisons depuis longtemps la nécessité d’aborder les déterminants sociaux de la santé comme la stigmatisation et d’améliorer l’accès aux soins de santé. Nous savons que les obstacles aux soins ne sont pas toujours physiques ou géographiques et que beaucoup de travail reste à faire pour éliminer les obstacles qui semblent intangibles afin d’améliorer l’accès à la santé et aux soins de santé pour les Canadiens. L’AIIC comprend les effets nuisibles importants de la stigmatisation sur la santé, y compris l’accès réduit aux ressources et aux services de santé. Peu importe leur milieu de pratique, les infirmières et infirmiers constatent tous les jours les effets de la stigmatisation. L’AIIC reconnaît l’importance de s’attarder aux facteurs déclencheurs de la stigmatisation, tels que la langue, la discrimination, le racisme et la culture organisationnelle.

Le rapport souligne le modèle sur les Voies de la stigmatisation menant aux résultats de santé en tant qu’outil important et indispensable pour encourager la compréhension des formes multiples de la stigmatisation et leur interaction qui entraîne des résultats inéquitables en matière de santé. Cette ressource peut appuyer le personnel infirmier afin d’interpréter les répercussions de la stigmatisation sur les patients et de favoriser la prestation de soins sécuritaires, compatissants, fondés sur des données probantes et éthiques. L’AIIC défend activement des politiques publiques favorables à la santé en vue de faire progresser les résultats pour la santé et de réduire les iniquités.

Nous sommes encouragés par le leadership de l’administratrice en chef de la santé publique afin d’élaborer le Cadre d'action pour bâtir un système de santé inclusif à l’appui d’une approche exhaustive pour lutter contre la stigmatisation et ses effets sur la santé. Puisque les infirmières et infirmiers forment le groupe professionnel le plus nombreux au Canada, ils ont un rôle essentiel à jouer dans la lutte contre la stigmatisation au sein du système de santé. Cet outil sert de guide pour appuyer le personnel infirmier afin de diriger des pratiques éradiquant la stigmatisation sur le plan de l’individu, des institutions, des collectivités et des populations.

« Les infirmières et infirmiers font partie intégrante de la prévention des maladies et des blessures et font la promotion de la santé pour tous les Canadiens. À l’instar des rapports précédents, ce rapport guidera les efforts de l’AIIC afin de faire progresser la santé pour toutes les personnes, les familles et les communautés et précisera notre centre d’intérêt portant sur les populations qui font l’objet d’iniquités importantes en santé », selon Claire Betker, présidente de l’AIIC.

Les inégalités en matière de santé des peuples autochtones existent depuis longtemps et augmentent encore. Le rapport de l’administratrice en chef de la santé publique souligne ces iniquités continues parmi les Premières Nations, les Inuits et les Métis. L’aspect positif de ce rapport consiste en les vastes efforts entrepris par la Dre Tam et son équipe en vue d’examiner les effets de la stigmatisation sur la santé et le bien-être. La présentation d’un Cadre d’action pour bâtir un système de santé inclusif pour tous a lieu à un moment décisif pour le Canada, car il s’harmonise avec les efforts du Canada, et les appuie, en vue de mettre en œuvre l’appel à l’action de la Commission de vérité et réconciliation du Canada », a mentionné Lea Bill, présidente de l’Association des infirmières et infirmiers autochtones du Canada (AIIAC).

L’AIIC préconise depuis longtemps l’amélioration de la santé, et ce rapport souligne davantage les secteurs d’intérêt clés afin d’améliorer l’état de la santé publique au Canada, tels que la consommation de substances, les changements climatiques et la résistance aux antimicrobiens, parmi les indicateurs importants. Nous demeurons préoccupés par l’indication de la morbidité et de la mortalité accrues chez les adultes qui consomment des opioïdes dans le rapport. Malgré l’intensité des efforts pour lutter contre cette crise par la réduction des méfaits, lesquels ont probablement contribué à réduire son incidence, beaucoup de travail reste à faire. L’AIIC est encouragée de constater que les changements climatiques et la santé sont des priorités et réitère sa demande d’augmenter les mesures d’adaptation et d’atténuation afin de réduire les vulnérabilités des communautés et l’exposition aux conditions météorologiques extrêmes. L’AIIC soutient également l’accent du rapport sur des efforts accrus pour réduire l’utilisation inutile d’antibiotiques, mais nous reconnaissons que des stratégies multifacettes sont requises pour lutter contre la résistance aux antimicrobiens et la gérance des antimicrobiens.

En parallèle avec le rapport de l’administratrice en chef de la santé publique, l’AIIC a fourni des ressources, du soutien et du perfectionnement professionnel continu aux membres du personnel infirmier afin qu’ils comprennent leur rôle lorsqu’il s’agit d’aborder ces enjeux importants liés à la santé. L’AIIC a reconnu que les changements climatiques sont inextricablement liés aux résultats négatifs sur la santé et a appuyé le personnel infirmier en leur fournissant de l’orientation (p. ex. les énoncés de position et infographies) pour renforcer leurs capacités. L’AIIC accorde toujours la priorité à la résistance aux antimicrobiens et à la gérance des antimicrobiens ainsi qu’au rôle des infirmières et infirmiers au moyen de la représentation et de l’élaboration de ressources, de même que par la collaboration avec les organisations, comme Choisir avec soin Canada. L’AIIC préconise des services de réduction des méfaits en appui aux groupes faisant l’objet de stigmatisation en raison de la consommation de substances et elle a élaboré des ressources pour améliorer la compréhension et la capacité d’intervention des infirmières et infirmiers.

L’AIIC poursuit sa collaboration avec les organisations pour éliminer les obstacles rencontrés par les groupes qui connaissent des niveaux disproportionnés de stigmatisation. La campagne Nursing Now de l’AIIC en partenariat avec l’AIIAC et Services aux Autochtones Canada facilite et soutient l’effectif actuel et futur du personnel infirmier et de sages-femmes pour fournir des soins adaptés sur le plus culturel dans tout le Canada. L’énoncé de position de l’AIIC, Encourager la compétence culturelle dans les soins infirmiers [PDF, 1,7 Mo], confirme que notre engagement à l’égard de la compétence et de la sécurité culturelles est essentiel à la prestation de soins infirmiers de grande qualité qui sont sécuritaires et équitables.

L’AIIC admet la responsabilité partagée des dirigeants du système de santé, des personnes et de ses propres associations professionnelles de soins infirmiers afin de veiller à mettre en place et évaluer des politiques et des pratiques en matière de santé qui protègent et soutiennent tous les Canadiens. Nous continuerons à collaborer à de telles initiatives, à travailler en partenariat avec celles-ci et à les diriger, y compris en défendant avec fermeté le changement du système pour orienter la transformation des politiques, des pratiques, de l’éducation, de la formation et des compétences professionnelles. L’AIIC est impatiente de travailler avec la Dre Tam et d’autres professionnels de la santé pour aborder cette préoccupation importante liée à la santé publique.

Documentation :

-30-

L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est un porte-parole puissant et rassembleur de la profession infirmière au Canada. Elle représente les infirmières et infirmiers dans les 13 provinces et territoires, ainsi que les infirmières et infirmiers retraités de tout le pays. Elle fait progresser la pratique et la profession infirmières, améliore la santé des Canadiens et renforce le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Eve Johnston
Coordonnatrice des médias et des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Tél. : 613-237-2159, poste 114
Cell. : 613-282-7859
Courriel : ejohnston@cna-aiic.ca