Accueil > Salle des nouvelles > Communiqués de presse > 2020 > Le racisme contre les personnes noires est une urgence de la santé publique au Canada

Le racisme contre les personnes noires est une urgence de la santé publique au Canada

Le 11 juin 2020 — La violence brutale fondée sur la race qui a mené au meurtre public de George Floyd aux États-Unis le 25 mai a suscité de la rage et a perturbé la complaisance partout dans le monde. Des centaines de milliers de personnes issues de milieux différents dans des douzaines de pays se sont rassemblées, malgré la menace du virus de la COVID-19, pour s’exprimer haut et fort contre le racisme à l’égard des personnes noires et l’abus de pouvoir des acteurs étatiques contre ces mêmes personnes.

« Le monde crie que ‘la vie des personnes noires compte’ et qu’assez c’est assez », selon Michael Villeneuve, le directeur général de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC). « L’AIIC condamne toutes les formes de racisme et de discrimination. Le Code de déontologie de l’AIIC exige que nous maintenions des principes de justice en protégeant les droits de la personne, l’équité et l’impartialité. Nous nous sommes contentés trop longtemps du mythe que le racisme contre les personnes noires n’est pas systémique au Canada, mais la réalité est durement mise au jour. »

« Le racisme contre les personnes noires est une urgence de la santé publique au Canada », a ajouté Claire Betker, la présidente de l’AIIC. « Nous ne pouvons pas enrober la langue. Le racisme contre les personnes noires existe dans les structures sociales d’un bout à l’autre du pays. Les répercussions négatives de longue date de ces déterminants structurels de la santé ont créé et continuent de renforcer des iniquités graves en santé et services sociaux pour les personnes noires au Canada ». Elle a poursuivi en disant que « les iniquités et l’oppression systémiques, en raison de leur inégalité et injustice, sont davantage imposées à certaines personnes qu’à d’autres. Comme dans tous les secteurs de la société canadienne, la profession infirmière a pris part à cette injustice séculaire, même de manière non intentionnelle, en permettant son renforcement et son maintien. L’AIIC s’est engagée à participer à un mouvement mondial afin d’éliminer ces pratiques ».

L’absence de données sanitaires sur la race et l’origine ethnique au Canada empêche de définir d’autres lacunes dans les résultats sur les soins et la santé. Mais lorsque ces statistiques sont recueillies, la pandémie de COVID-19 a tiré profit des disparités ancestrales et a entraîné une surreprésentation saisissante des personnes noires parmi ses victimes. L’AIIC soutient la demande d’amélioration de la collecte et de l’analyse des données sur la race et l’origine ethnique en collaboration avec les communautés racialisées et de structures collaboratives qui permettront de remédier aux disparités en santé établies. « Nous avons besoin de ce même type de données sur notre main-d’œuvre des soins de santé afin de prévoir efficacement le recrutement et le maintien en poste des travailleurs de la santé représentant les populations auxquelles nous fournissons des services », a mentionné Mme Betker.

L’AIIC croit qu’éliminer le racisme, l’injustice et l’oppression systémiques exige une intervention pancanadienne. Le travail de représentation de l’AIIC a appuyé des politiques sociales afin de fournir les outils aux communautés pour éliminer le racisme, la stigmatisation et l’iniquité dans l’emploi, le logement et bien davantage. « Au sein de l’AIIC, nous nous sommes engagés à écouter nos membres, nos partenaires, nos patients et nos collectivités et apprendre auprès d’eux des moyens de travailler en vue d’éliminer le racisme contre les personnes noires. Au sein de l’association, nous redoublerons d’efforts pour réviser nos propres politiques et procédures sur la gouvernance, nos pratiques d’embauche et notre formation afin de veiller à ce qu’elles s’opposent au racisme et à l’oppression, a affirmé M. Villeneuve, nous avons déjà entamé ce cheminement en visant les huit caractéristiques des cent meilleurs employeurs, en plus de nos engagements à l’égard de la diversité et de notre cheminement vers la vérité et la réconciliation ».

« Au sein de l’AIIC, nous pouvons tirer des leçons des premières étapes de notre cheminement vers la réparation concernant notre histoire avec les peuples autochtones, a mentionné Tim Guest, le nouveau président de l’association. Nous avons déjà amorcé la formation du personnel et avons établi la Série des chefs de file autochtones, au cours de laquelle des chefs de file autochtones invités travailleront avec notre conseil d’administration, notre personnel et nos membres afin d’accroître notre compréhension et éliminer par la suite les structures de colonisation qui ont érigé des obstacles et des iniquités pour les Autochtones. Nous nous sommes engagés à entreprendre un travail semblable à long terme pour lutter contre le racisme à l’égard des personnes noires parmi la profession infirmière, l’ensemble des soins de santé et bien entendu nos propres structures d’embauche et d’adhésion ».

-30-

À propos de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada
L’Association des infirmières et infirmiers du Canada est un porte-parole puissant et rassembleur de la profession infirmière au Canada. Elle représente les infirmières et infirmiers dans les 13 provinces et territoires. Elle fait progresser la pratique et la profession infirmières, améliore la santé des Canadiens et renforce le système de santé public et sans but lucratif du Canada.

Pour obtenir plus d’information, veuillez communiquer avec :

Eve Johnston
Coordonnatrice des médias et des communications
Association des infirmières et infirmiers du Canada
Cell. : 613-282-7859
Courriel : ejohnston@cna-aiic.ca